Welcome to GPFans

CHOOSE YOUR COUNTRY

  • NL
  • GB
  • FR
  • ES-MX
  • FR
5

Sebastian Vettel

Nom: Sebastian Vettel
Equipe: Aston Martin
Lieu de naissance: Heppenheim
Date de naissance: 3 juillet 1987 (34 jaar)
Nationalité: DE Allemagne
Longueur: 174 cm
Poids: 64 kg
Championnats:

Biography of Sebastian Vettel

Les débuts de Sebastian Vettel en Formule 1

Sebastian Vettel effectue ses débuts en Formule 1 en compagnie de BMW Sauber lors du Grand Prix des États-Unis à Indianapolis en 2007, après avoir été promu de pilote d'essai à remplaçant de Robert Kubica, blessé suite à son terrible accident survenu lors du Grand Prix du Canada. L'Allemand se qualifie en septième position et termine une place plus loin, devenant ainsi – à l’époque – le plus jeune pilote à inscrire des points en F1. Sa performance est impressionnante et, dès lors, Toro Rosso fait appel à ses services après avoir remercié Scott Speed à la veille du Grand Prix de Hongrie.

Au Grand Prix du Japon à Fuji, Vettel démontre son talent en se hissant à la troisième place dans des conditions difficiles. Mais derrière la voiture de sécurité, il évalue mal la distance qui sépare sa monoplace de celle de Mark Webber (Red Bull). Les voitures entrent en collision et les deux pilotes doivent abandonner.

Lors de la course suivante en Chine, Vettel passe de la 17e place sur la grille à une superbe quatrième position dans des conditions changeantes, prouvant une fois de plus l’étendue de son potentiel et obtenant au passage sa place de titulaire chez Toro Rosso pour la saison suivante.

Mais le début de la saison 2008 est difficile pour l'Allemand, qui abandonne lors des quatre premières courses. À Monaco, il se reprend de la plus belle des manières en remontant du fond de la grille pour marquer ses premiers points de la saison en quatrième position.

C’est lors du Grand Prix d'Italie que Sebastian Vettel passe du statut de promesse à celui de future star de la discipline. Il devient le plus jeune poleman avant de confirmer le dimanche sous la pluie en l’emportant devant la McLaren de Heikki Kovalainen. Vettel devient également le plus jeune vainqueur de Grand Prix à l’époque et offre à Toro Rosso sa première victoire en Formule 1.

La carrière de Sebastian Vettel chez Red Bull

Logiquement, Vettel passe chez Red Bull en 2009 et y remplace David Coulthard, parti à la retraite, pour faire équipe avec Webber. La Formule 1 a subi d'importants changements de réglementation, ce qui permet à Red Bull de jouer la tête du classement derrière l’étonnante écurie Brawn GP. Jenson Button remporte la plupart des premières courses de la saison mais Vettel gagne en Chine, en Grande-Bretagne, au Japon et à Abu Dhabi, qui accueille la F1 pour la première fois. Grâce à ces performances, il termine à la deuxième place du championnat derrière Button, sacré pour la seule et unique fois de sa carrière.

En 2010, le duo Red Bull – Vettel poursuit sur sa lancée et remporte cinq victoires. En Turquie, la collision entre l’Allemand et son coéquipier Webber entache toutefois la saison de l’équipe. La lutte interne est intense entre les deux hommes et se poursuivra jusqu’au terme de leur collaboration.

Vainqueur au Brésil et Abu Dhabi lors des deux derniers Grands Prix, Vettel coiffe Webber et Fernando Alonso (Ferrari) et remporte son premier titre mondial. Il devient alors le plus jeune champion de l’histoire de la discipline et le troisième à être sacré en occupant la tête du championnat uniquement au terme de la dernière course.

En 2011, la Red Bull est encore plus redoutable. Vettel remporte six des neuf premières courses et gagne encore à cinq autres reprises dans la saison pour décrocher aisément son deuxième sacre consécutif. Il est aussi l’auteur de 15 pole positions en 2011, ce qui constitue un record.

Vettel cherche à réaliser la passe de trois en 2012 mais la tâche s’annonce ardue : la F1 compte sept vainqueurs différents en autant de courses sur le début de saison. C’est dans le dernier quart de la saison que l’Allemand fait la différence et il est favori au moment de disputer le dernier Grand Prix de la saison au Brésil, puisqu’il possède 13 unités d’avance sur son plus proche poursuivant, Alonso.

Au départ de la course, la Red Bull de Vettel part en tête-à-queue après un contact avec Bruno Senna. Le double champion en titres conserve son sang-froid, remonte le peloton, termine sixième et conserve son titre avec 3 petits points d’avance sur la Ferrari de son concurrent espagnol.

Et Vettel de remporter un quatrième titre consécutif en 2013 lors d’une saison de domination sans partage. Il remporte 13 succès dont 9 de rang en fin de saison, un record. L’affaire du « multi 21 » en Malaisie n’a donc pas eu d’impact sur son niveau de performance même si, ce jour-là, il n’a pas respecté la consigne d’équipe en dépassant son coéquipier Webber.

En 2014, le vent a tourné : l’ère turbo-hybride débute et Mercedes écrase la concurrence. Agacé et sans doute démotivé, Vettel ne remporte pas le moindre succès et est même devancé par son nouvel équipier Daniel Ricciardo. Il est alors le premier champion en titre à ne gagner aucune course depuis Jacques Villeneuve en 1998. Logiquement, Vettel décide de quitter Red Bull pour se relancer chez Ferrari.

La carrière de Sebastian Vettel chez Ferrari

Suivant les pas de son idole Michael Schumacher, Vettel rêve de retrouver le chemin de la victoire en compagnie de la prestigieuse Scuderia. Il gagne dès sa deuxième participation en rouge en Malaisie tandis que Ferrari n’a plus rien gagné depuis plus d’un an.

Vettel l’emporte également en Hongrie et à Singapour et se hisse à la troisième place du championnat derrière les deux pilotes Mercedes, Lewis Hamilton et Nico Rosberg. Mais la saison 2016 se révèle plus compliquée pour l’équipe italienne et son pilote : Vettel se classe régulièrement dans le top 5 mais ne parvient pas à gagner. Ferrari décide de miser sur le changement de règlementation aérodynamique de 2017.

Un calcul payant puisqu’en 2017 et 2018, le pilote allemand incarne le challenger principal de Lewis Hamilton et remporte cinq victoires par saison. Quelques faits d’armes entre les deux pilotes font couler beaucoup d’encre, avec comme point culminant l’accrochage entre les deux pilotes sous voiture de sécurité lors du Grand Prix d’Azerbaïdjan 2017.

En 2018, Vettel augmente encore son niveau durant la première moitié de la saison : il gagne à quatre reprises et prend la tête du championnat. Mais le tournant a lieu en Allemagne où, devant son public et en tête de la course, il perd le contrôle de sa Ferrari alors que la pluie commence à tomber et abandonne. La suite ne sera qu’une succession d’erreurs permettant à Hamilton de remporter sa cinquième couronne mondiale et de surpasser ainsi le palmarès de l’Allemand.

Pire encore : les saisons 2019 et 2020 de Vettel seront dans la droite lignée de la deuxième partie de l’année 2018. Des performances en demi-teinte et beaucoup d’erreurs de pilotage pousseront ainsi Ferrari à se séparer de lui, malgré une dernière victoire à Singapour en 2019 et un dernier podium lors du Grand Prix de Turquie 2020.

La carrière de Sebastian Vettel chez Aston Martin

S’il songe à la retraite, Vettel choisit finalement de relever un nouveau défi chez Aston Martin, équipe appartenant à l’ambitieux Lawrence Stroll.

En 2021, la monoplace a clairement régressé en comparaison à celle qui, sous le nom de Racing Point, était parvenue à gagner en 2020. Malgré cela, Vettel retrouve une certaine fraîcheur mentale et monte sur le podium en Azerbaïdjan puis en Hongrie. Il est toutefois disqualifié sur le Hungaroring pour une infraction de quantité d’essence.

Aston Martin salue le professionnalisme et toute l’expérience de son pilote. Ensemble, ils ont pour ambition d’amener progressivement l’équipe vers le sommet de la F1.

Le contrat de Sebastian Vettel

Le salaire du pilote n’a pas été rendu public mais, chez Ferrari, il s’élevait entre 25 et 30 millions de dollars. En 2021, Vettel avait un contrat personnel avec BWT, sponsor d’Aston Martin.

Le casque de Sebastian Vettel

Au début de sa carrière, le design du casque de Vettel était largement influencé par Red Bull mais, depuis son départ, l'Allemand arbore un casque blanc avec un dégradé de couleurs, en fonction de son équipe.

Sebastian Vettel photos

Plus de photos