Welcome to GPFans

CHOOSE YOUR COUNTRY

  • NL
  • GB
  • FR
  • ES-MX
  • FR
La paternité a aidé Magnussen a performer en F1

La paternité a aidé Magnussen a performer en F1

Actualités F1

La paternité a aidé Magnussen a performer en F1

La paternité a aidé Magnussen a performer en F1

Kevin Magnussen estime que le fait d'être père lui a permis de faire disparaître un poids de ses épaules en F1. Le pilote danois fera équipe avec Nico Hülkenberg chez Haas en 2023.

Après avoir passé un an sur la touche suite à sa mise à pied par Haas à la fin de l'année 2020, Magnussen est revenu lors de la pré-saison de la saison dernière pour occuper le siège laissé vacant par Nikita Mazepin.

Hamilton révèle le principal obstacle à plus de diversité en F1Lire plus

En plus d'avoir découvert d'autres championnats de sport automobile en 2021, notamment le championnat IMSA Sportscar et les 24 heures du Mans, Magnussen est également devenu père pour la première fois cette année-là, avec la naissance de sa fille Laura en janvier.

Outre l'impulsion donnée par la forme de Haas en début de saison, Magnussen est également apparu comme un personnage plus libéré, amenant notamment Laura à plusieurs Grand Prix au cours de la saison 2022 de F1.

Lors d'un entretien avec GPFans à la fin de l'année dernière, le pilote de 30 ans a expliqué en quoi la paternité l'avait aidé à faire son retour en F1 : "En Formule 1, nous savons tous qu'il y a beaucoup de pression."

"Je dirais que la plus grande, du moins pour moi, est celle de mes propres attentes."

"Depuis que je suis tout petit, j'ai toujours pensé que la vie ne tournait qu'autour de la Formule 1 et que je devais atteindre le sommet de ce sport. Je pensais qu'être champion du monde de Formule 1 était la chose ultime que l'on pouvait accomplir dans la vie."

"J'ai réalisé que ce n'était pas le cas. Le fait d'être père a fait disparaître une partie de cette pression et cela a été très positif, car aujourd’hui j'apprécie beaucoup plus la Formule 1."

"Quand j'étais dans cet état d'esprit, j'avais toujours peur d'être des week-ends de GP."

"À cause de toute cette pression sur moi, j'avais peur de ne pas pouvoir être heureux si je ne réussissais pas dans ce sport, ce qui, bien sûr, est une pression très lourde."

"Et puis il y a toute la pression de tout le monde et la F1 est une compétition très dure à bien des égards."

"Pour moi, cela a été un point positif. J'ai entendu beaucoup de gens plaisanter sur le fait que cela coûte un dixième [de seconde] ou deux quand on devient papa, mais ce n'est certainement pas le cas. Je pense que c'est l'inverse".

Quant à savoir s'il est maintenant plus heureux en F1 par rapport à son précédent passage dans le sport, il a répondu : "Oui, c'est plus facile à apprécier."

Häkkinen voit en Russell un futur champion du monde de Formule 1Lire plus

"J'ai toujours aimé ce sport, mais mon amour pour ce sport est aujourd'hui plus fort parce qu'il n'y a plus rien qui le tire vers le bas. Il n'y a pas ce gros poids sur mes épaules."

"J'en 'attends toujours beaucoup de moi et j'ai de grandes ambitions, mais c'est différent. Tout va bien. Je suis heureux", a conclu le coéquipier de Nico Hülkenberg chez Haas.

Ontdek het op Google Play