Welcome to GPFans

CHOOSE YOUR COUNTRY

  • NL
  • GB
  • FR
  • ES-MX
  • FR
Comment la F1 a oublié de penser au marsouinage avant 2022 ?

Comment la F1 a oublié de penser au marsouinage avant 2022 ?

Actualités F1

Comment la F1 a oublié de penser au marsouinage avant 2022 ?

Comment la F1 a oublié de penser au marsouinage avant 2022 ?

Le directeur technique de la Formule 1, Pat Symonds, a admis avoir "oublié" les dangers que représentait le marsouinage dans le cadre de la nouvelle ère de réglementation de la Formule 1.

Le phénomène de rebonds a fait des ravages au début de la saison dernière, alors que les équipes s'habituaient à la philosophie de l'effet de sol.

Pourquoi le partenariat moteur avec Honda a du sens pour Andretti-CadillacLire plus

Le point critique de ce problème a eu lieu au Grand Prix d'Azerbaïdjan, où un certain nombre de pilotes se sont plaints de problèmes de santé potentiels tout au long du week-end, et où Lewis Hamilton est sorti de sa Mercedes avec difficulté à la fin de la course.

Des changements ont finalement été apportés pour aider à combattre le problème à la mi-saison et d'autres révisions réglementaires ont été apportées en vue de la prochaine campagne.

Mais en s'adressant à Auto Motor und Sport, Symonds - qui a travaillé en F1 en tant qu'ingénieur lors de la précédente ère à effet de sol de la discipline - a concédé : "Le problème n'était pas sur notre radar, mais nous aurions pu le savoir."

"Nous avions les moyens de le découvrir à l'avance parce que nous travaillions avec des simulations dynamiques."

"J'aurais dû le savoir aussi, parce que je travaillais sur des voitures à effet de sol. J'avais simplement oublié [mais] sans aucun doute, le rebondissement a changé les choses."

Webber dévoile un détail "crucial" avant les débuts de Piastri en F1Lire plus

"Les équipes ont d'abord dû résoudre ce problème avant de pouvoir travailler sur leur aérodynamique."

" Les rebonds ne sont pas uniquement un problème aérodynamique. Il y a aussi beaucoup de mécanique en jeu, par exemple, la rigidité des suspensions", a conclu le directeur technique de la Formule 1.

Ontdek het op Google Play