Welcome to GPFans

CHOOSE YOUR COUNTRY

  • NL
  • GB
  • FR
  • ES-MX
  • FR
La dissolution du GP de France est reportée en raison d'une ardoise de 27 millions d'euros

La dissolution du GP de France est reportée en raison d'une ardoise de 27 millions d'euros

Actualités F1

La dissolution du GP de France est reportée en raison d'une ardoise de 27 millions d'euros

La dissolution du GP de France est reportée en raison d'une ardoise de 27 millions d'euros

Il y a une semaine, Eric Boullier annonçait la dissolution prochaine du Groupement d'Intérêt Public (GIP) en charge du financement, de l'organisation et de la promotion du Grand Prix de France, suite à la disparition de l'épreuve au calendrier du championnat du monde de F1 l'an prochain.

L'Arabie Saoudite en ouverture de la saison 2024 ?Lire plus

Mais le conseil d'administration, réuni le 14 décembre dernier, a fait l'objet de protestations de certains de ses membres, demandant un éclaircissement sur le plan de remboursement de la dette de 27 millions d'euros laissée par les organisateurs de l'épreuve.

Ainsi, Jean-Louis Masson, le président du département du Var, ainsi que Hubert Falco, le maire de Toulon, n'ont pas manqué de demander des comptes aux principaux dirigeants du GIP, en premier lieu Christian Estrosi, maire de Nice, et président du Groupement d'Intérêt Public pour le Grand Prix de France, comme l'a révélé le journal Nice Matin.

Les élus évoquent ainsi l'absence de documents relatifs à la dette, ainsi que celle d'un plan de partage du remboursement de ce montant entre les diverses entités publiques concernées.

Le GIP a ainsi reporté sa dissolution en attendant de rassembler les documents demandés, et de présenter un plan de remboursement entre les différentes collectivités locales impliquées.

Quoi qu'il en soit, le Grand Prix de France ne devrait plus faire son retour au calendrier pendant un moment.

Ontdek het op Google Play