Welcome to GPFans

CHOOSE YOUR COUNTRY

  • NL
  • GB
  • FR
  • ES-MX
  • FR
Ferrari déplore l'impact "très faible" de la pénalité infligée à Red Bull
WK2022
Insolite : Le top 5 des plus belles moustaches de la F1
Norris : "Non, la McLaren n'a pas été développée pour moi"
Wolff : "trop de verre brisée" avec Binotto pour le faire venir chez Mercedes
La livrée de l'Audi de Formule 1 déjà disponible dans F1 22
Les évènements sportifs les plus suivis en Europe
La Formule 1, un des sports les plus appréciés au monde
La Formule 1 confirme le lieu de ses six courses sprints pour 2023
Coulthard : celui qui prétend que Verstappen doit tout à sa voiture est "un idiot"
La Turquie également sur les rangs pour remplacer le Grand Prix de Chine
Horner : Ricciardo a fait "quelque chose de stupide"
Wolff : La F1 "ne peut plus cacher les choses" au Moyen-Orient
Le Hungaroring va subir des modifications pour conserver sa place au calendrier
Russell déjà en préparation sur la nouvelle Mercedes
La F1 fournit une mise à jour détaillée sur ses objectifs de durabilité
Ferrari déplore l'impact "très faible" de la pénalité infligée à Red Bull

Ferrari déplore l'impact "très faible" de la pénalité infligée à Red Bull

Actualités F1

Ferrari déplore l'impact "très faible" de la pénalité infligée à Red Bull

Ferrari déplore l'impact "très faible" de la pénalité infligée à Red Bull

Le directeur sportif de Ferrari, Laurent Mekies, a critiqué l'impact minimal de la sanction infligée à Red Bull pour avoir enfreint le plafond budgétaire.

Red Bull s'est vu infliger une amende de 7 millions de dollars par la FIA et une réduction de 10 % de temps d'utilisation de ses outils de soufflerie, suite à une violation d'un peu plus de 1,8 million de livres sterling.

Sky Sports F1 et Red Bull se sont réconciliées avant le GP du BrésilLire plus

Le directeur de l'équipe, Christian Horner, a qualifié la pénalité de "draconienne" et a déclaré qu'elle pourrait entraîner la perte d'une demi-seconde par tour. Mercedes a par la suite qualifié cette affirmation "d'exagérée". Laurent Mekies pense en tout cas que Red Bull s'en tire à bon compte.

"Nous avons passé les dernières semaines à discuter de ce que nous ferions avec un demi-million de plus, un million, deux millions, trois millions, et ainsi de suite", a déclaré le second de Mattia Binotto.

"De notre point de vue, avec nos chiffres en tant que Ferrari, deux millions d'euros de dépenses supplémentaires semblent être quelque chose qui aurait une influence significative sur le temps au tour, qui influencerait les courses."

"Nous devons aller de l'avant, la pénalité est ce qu'elle est. Nous pensons certainement qu'elle est faible."

"Nous ne la voyons pas sur la même échelle que celle qui permet de compenser le dépassement de budget, surtout si l'on tient compte du fait qu'elle n'est pas associée à une réduction du plafond budgétaire."

"Par conséquent, vous êtes effectivement complètement libre de dépenser votre argent ailleurs. Vous dépenserez un peu moins dans la soufflerie où vous avez ces restrictions de 10 %, vous le dépenserez ailleurs."

"Nous pensons donc que, dans l'ensemble, ce qui restera de l'impact réel de cette pénalité sera probablement très faible."

Ferrari demande à la FIA de se prononcer plus tôt en 2023

Laurent Mekies a également demandé à la FIA de rendre ses conclusions sur le plafond budgétaire de cette année bien plus tôt la saison prochaine que ce n'était le cas cette fois-ci.

Les équipes ont remis leurs comptes à la FIA début mars, mais ce n'est que fin octobre que les résultats ont été communiqués.

Il est vrai que la FIA était confrontée à la première année de contrôle et a dû faire face à de nombreuses questions de la part des équipes qui souhaitaient obtenir des clarifications sur de nombreux points. Mekies espère toutefois que le processus pourra être accéléré l'année prochaine.

"L'important est que nous sommes arrivés à une violation claire, et à une violation confirmée", a déclaré Mekies, en faisant référence à Red Bull. "Nous allons de l'avant."

Steiner réclame des week-ends avec deux séances qualificativesLire plus

"En allant de l'avant, ce dont nous avons tous besoin est de faire tout ce que nous pouvons pour soutenir la FIA afin de s'assurer que nous n'attendons pas le mois d'octobre de l'année prochaine pour savoir comment 2022 s'est déroulée."

"C'est quelque chose qui sera partagé par la plupart des gens. Nous ferons certainement tout ce que nous pouvons pour soutenir tous ceux dont nous avons besoin, pour atteindre cet objectif", a conclu l'ingénieur français.

Ontdek het op Google Play