Welcome to GPFans

CHOOSE YOUR COUNTRY

  • NL
  • GB
  • FR
  • ES-MX
  • FR
Ricciardo ne sait pas s'il doit "rire ou pleurer" après sa course à Austin

Ricciardo ne sait pas s'il doit "rire ou pleurer" après sa course à Austin

Actualités F1

Ricciardo ne sait pas s'il doit "rire ou pleurer" après sa course à Austin

Ricciardo ne sait pas s'il doit "rire ou pleurer" après sa course à Austin

Le pilote australien s'est senti totalement impuissant lors du Grand Prix des Etats-Unis, qu'il a conclu à la 16e place.

Daniel Ricciardo a encore trois courses à disputer cette saison avant de mettre un terme à sa collaboration avec McLaren, et à son expérience en tant que pilote titulaire en F1, bien qu'il continue à affirmer que son objectif est de revenir sur la grille en 2024.

Magnussen salue "un sacré pilotage" de la part de VettelLire plus

Si l'Australien a connu un regain de forme à Singapour avec une belle cinquième place - son premier résultat dans le top 10 depuis le Grand Prix de France en juillet - les deux courses suivantes se sont avérées à nouveau difficile pour le natif de Perth.

11e au Japon, Ricciardo a connu une course encore plus difficile à Austin, où il a dû se contenter d'une lointaine 16e place à l'arrivée. Dans le même temps, son équipier Lando Norris s'est classé 6e de la course.

Face à ce manque de performance, Daniel Ricciardo se montre fataliste.

"C'est l'un de ces moments qui nous sont arrivés trop souvent cette année", admet-il.

"Où tôt dans la course, je sais dèjà au huitième ou au dixième tour, comment le reste de la journée va se dérouler".

"Vous pouvez juste regarder et voir ce que les autres voitures autour de vous peuvent faire et simplement ce que je ne suis pas capable de faire."

"Il ne s'agit pas là de trois ou quatre dixièmes... Je veux dire, même trois ou quatre dixièmes c'est énorme, et je me souviens que, quand j'étais avec Max [chez Red Bull], je pouvais tout banlancer par la fenêtre quand j'étais trois ou quatre dixièmes derrière."

"Mais là, ça se chiffre à plusieurs secondes. J'ai l'impression d'être si loin que c'en est est bizarre."

Ricciardo avait déjà eu du mal à trouver de la performance lors de sa première saison chez McLaren en 2021, mais les difficultés encore plus grandes rencontrées en 2022 lui ont fait oublié ses déboires de l'an passé, où il s'était tout de même imposé à Monza, dans des circonstances il est vrai particulières.

"Dans son ensemble, la saison dernière était assez compliquée", continue-t-il. "Mais maintenant, quand je jette un oeil sur l'année passé, je me dis "Oh, en fait c'était plutôt bien par rapport à cette saison."

"Donc oui, je choisis de rire parce que je n'ai pas vraiment envie de pleurer, mais je vais quand même faire ce que je peux, sur les trois dernières courses. Mais je suis à un point où je ne vais pas espérer ou penser ou m'attendre à ce que ce soit des trois dernières courses".

"Je ferai ce que je peux, mais des jours comme [dimanche] vous laissent un sentiment d'impuissance."

Ontdek het op Google Play