Welcome to GPFans

CHOOSE YOUR COUNTRY

  • NL
  • GB
  • FR
  • ES-MX
  • FR
Il y a 25 ans : Villeneuve/Schumacher, le clash royal !
WK2022
Rosberg révèle avoir envoyé un e-mail d'admiration à Mercedes après Interlagos
Russell dévoile le principal avantage qu'il a sur Norris
Domenicali apporte son soutien à Binotto, après son départ de Ferrari
Wolff sur les difficultés rencontrées par Mercedes en 2022 - "Un mal nécessaire"
Hamilton exige une "véritable étude" concernant l'absence des femmes en F1
Steiner va publier un livre sur les coulisses de la F1 - "Surviving to Drive"
Sargeant dévoile le numéro avec lequel il roulera en F1
Hülkenberg livre son verdict sur les différences entre Aston Martin et Haas
Horner demande à Red Bull de ne pas se reposer sur ses lauriers en 2023
Wolff explique toute l'étendue du déficit de Mercedes en 2022
Norris souligne la réalisation "exceptionnelle" de McLaren
Un milliardaire hongkongais veut entrer en F1
Les numéros des pilotes confirmés pour la saison 2023
Mike Krack : Aston Martin doit passer un cap en 2023
Il y a 25 ans : Villeneuve/Schumacher, le clash royal !

Il y a 25 ans : Villeneuve/Schumacher, le clash royal !

Actualités F1

Il y a 25 ans : Villeneuve/Schumacher, le clash royal !

Il y a 25 ans : Villeneuve/Schumacher, le clash royal !

Le 26 octobre 1997, Jacques Villeneuve décrochait le titre mondial avec Williams à l'issue d'un incroyable final sur le circuit de Jerez, et d'un accrochage mémorable en fin de course avec la Ferrari de Michael Schumacher.

Auteur de débuts remarqués en Formule 1 en 1996 avec Williams-Renault, où il ne s'était incliné que de très peu face à son équipier Damon Hill pour le titre pilotes, Jacques Villeneuve faisait partie des grands favoris au championnat en 1997.

Villeneuve et Fébreau au volant d'une Alpine F1 à MonzaLire plus

Hill ayant quitté le giron Williams pour Arrows, Villeneuve faisait désormais figure de pilote numéro un chez Williams, même s'il était rejoint par un équipier à la pointe de vitesse reconnue : l'Allemand Heinz-Harald Frentzen.

Mais en face, si les McLaren-Mercedes de Mika Hakkinen et David Coulthard pouvaient constituer une menace ponctuelle, la véritable adversité venait bien évidemment de Michael Schumacher, bien décidé à décrocher le titre après une première année de rodage chez Ferrari en 1996.

Si Coulthard et McLaren surprenaient leur monde en s'imposant lors de l'ouverture à Adelaïde, Villeneuve prenait vite l'avantage en remportant les deux Grands Prix suivants, au Brésil puis en Argentine, avant que Frentzen ne confirme la supériorité des Williams en s'imposant à son tour à Imola.

Après un début de saison en dents de scie, Michael Schumacher ouvrait enfin son score à Monaco. Si Villeneuve – qui avait aussi connu trois abandons en cinq courses -, rétorquait en Espagne, Schumacher envoyait un signal fort en s'imposant à Montréal, sur les terres de son rival qui abandonnait une nouvelle fois, avant de récidiver à Magny-Cours.

La régularité de Schumacher permettait ainsi au "Baron Rouge" d'occuper solidement la tête du championnat au début de l'été, mais les deux hommes forts de cette saison continuaient à se rendre coup pour coup.

Polémique à Suzuka

Villeneuve s'imposait ainsi à Silverstone, avant une victoire populaire de la Benetton de Berger à Hockenheim (la dernière du pilote autrichien). Villeneuve rétorquait en Hongrie, mais Schumacher lui répondait à Spa. Coulthard mettait tout le monde d'accord à Monza, mais Villeneuve, en s'imposant successivement en Autriche et au Nürburgring, prenait l'avantage avec neuf points d'avance (77 à 68) avant les deux derniers Grands Prix de la saison.

Mais tout allait être remis en question lors d'un Grand Prix polémique à Suzuka. Accusé de n'avoir pas ralenti sous drapeaux jaunes durant les essais – après l'ennui technique de la Tyrrell de… Jos Verstappen -, Jacques Villeneuve est durement sanctionné par la direction de course : le Canadien est purement et simplement disqualifié du meeting ! D'autres pilotes fautifs, dont Michael Schumacher, écopent d'une suspension avec sursis.

L'équipe Williams fait toutefois appel pour permettre à son pilote de prendre le départ, mais Villeneuve, qui termine cinquième (mais tout de même disqualifié au final), voit Michael Schumacher s'imposer et lui reprendre la tête du championnat pour un petit point avant la finale de la saison, à Jerez !

L'incroyable triple ex-aequo des qualifications

La tension est déjà palpable en Andalousie lorsque les qualifications sont le théâtre d'un fait rarissime et unique dans l'histoire de la Formule 1 puisque les trois premiers (Villeneuve, Schumacher et Frentzen) sont crédité du même temps, au millième de seconde près ! L'avantage allant à celui ayant signé son chrono le premier, les trois hommes s'élanceront dans cet ordre au départ de la course.

C'est Schumacher qui prenait le meilleur départ, et le large, alors que Williams envoyait Frentzen à la chasse derrière son compatriote, en vain. Villeneuve reprenait la deuxième place à l'issue de la première salve de ravitaillements, puis revenait dans le sillage de Schumacher après la deuxième série d'arrêts.

Un accrochage dans l'histoire

Le 47e tour (sur 69) de cette manche finale du championnat allait rester dans les annales. Placé derrière la Ferrari, le pilote Williams tentait une manœuvre osée, qui surprenait Schumacher. Si le Québécois trouvait l'ouverture, Schumacher tentait par instinct de heurter le flanc de la Williams, mais c'est la Ferrari qui tirait tout droit et finissait sa course dans le bac à graviers !

Et, contrairement à Adelaïde en 1994 – Schumacher champion après un accrochage avec Damon Hill -, le Baron Rouge ne pouvait que constater que Villeneuve poursuivait sa route. En tête de la course. Au volant d'une monoplace fatiguée, Jacques Villeneuve laissait filer dans le dernier tour les McLaren de Mika Hakkinen et David Coulthard vers un brillant doublé – la première victoire du Finlandais.

Villeneuve titré, Schumacher exclu

Mais l'essentiel était là : avec sa troisième place, il décrochait le titre mondial à 26 ans pour sa seconde saison en Formule 1.

Quant à Schumacher, sa manœuvre lui valait d'être durement sanctionné à son tour : il était proprement exclu du classement du championnat 1997.

Par la suite, après avoir vu sa route barrée par Hakkinen, champion du monde en 1998 et 1999, Michael Schumacher décrochait enfin le titre avec Ferrari en 2000, suivi de quatre autres les saisons suivantes.

Ontdek het op Google Play