Welcome to GPFans

CHOOSE YOUR COUNTRY

  • NL
  • GB
  • FR
  • ES-MX
  • FR
Steiner veut plus de courses sprint malgré un calendrier surchargé
WK2022
Insolite : Le top 5 des plus belles moustaches de la F1
Norris : "Non, la McLaren n'a pas été développée pour moi"
Wolff : "trop de verre brisée" avec Binotto pour le faire venir chez Mercedes
La livrée de l'Audi de Formule 1 déjà disponible dans F1 22
Les évènements sportifs les plus suivis en Europe
La Formule 1, un des sports les plus appréciés au monde
La Formule 1 confirme le lieu de ses six courses sprints pour 2023
Coulthard : celui qui prétend que Verstappen doit tout à sa voiture est "un idiot"
La Turquie également sur les rangs pour remplacer le Grand Prix de Chine
Horner : Ricciardo a fait "quelque chose de stupide"
Wolff : La F1 "ne peut plus cacher les choses" au Moyen-Orient
Le Hungaroring va subir des modifications pour conserver sa place au calendrier
Russell déjà en préparation sur la nouvelle Mercedes
La F1 fournit une mise à jour détaillée sur ses objectifs de durabilité
Steiner veut plus de courses sprint malgré un calendrier surchargé

Steiner veut plus de courses sprint malgré un calendrier surchargé

Actualités F1

Steiner veut plus de courses sprint malgré un calendrier surchargé

Steiner veut plus de courses sprint malgré un calendrier surchargé

Le directeur de l'équipe Haas, Guenther Steiner, a appelé à une nouvelle augmentation des courses sprint alors que le calendrier de la F1 semble saturé.

Le PDG de la F1, Stefano Domenicali, a indiqué que le calendrier record de 24 courses pour la saison prochaine, avec le retour du Qatar et de la Chine ainsi que le premier Grand Prix de Las Vegas, constitue la limite de l'expansion de la discipline.

Quant aux courses sprint, la F1 a confirmé avant le récent Grand Prix de Singapour qu'elle passait de 3 à 6 manches en 2023 ; un format dans lequel les qualifications ont lieu le vendredi pour laisser place à une course de 100 km le samedi après-midi.

Cette décision a notamment été critiquée par Sebastian Vettel, qui prendra prochainement sa retraite. L'Allemand a dénoncé le fait que l'ajout de sprints supplémentaires était motivé par l'argent et non par l'intérêt des fans.

Mais Steiner, directeur de l'écurie Haas, estime qu'avec davantage de sprints, la valeur du sport ne fera qu'augmenter.

"Je pense que Stefano l'a dit, la limite est de 24", a déclaré Steiner. "Encore une fois, c'est 24 + 6 courses sprint. Les courses sprint, pour nous, ne représentent pas plus de travail."

Wolff est prêt à dépasser le budget cap si Red Bull n'est pas sévèrement punieLire plus

"Le week-end de course offre davantage pour les spectateurs parce que vous avez plus d'action en piste, c'est une bonne chose."

"La prochaine étape n'est pas que nous ayons plus de courses mais que nous obtenions plus de sprints. C'est ce que nous devrions faire, car nous sommes là de toute façon, et nous donnons une valeur supplémentaire sans étendre l'ampleur de la tâche."

"Bon, les courses sprint demandent plus de travail, mais pas beaucoup plus. Nous pourrions peut-être avoir des qualifications le samedi matin au lieu d'avoir des essais, en vue de la course."

Haas "n'a pas pu faire tourner" le personnel

Certaines équipes ont commencé à faire tourner leur personnel sur les Grands Prix alors que le nombre de courses a augmenté au cours des dernières saisons.

Cela permet à ceux qui se rendent sur les week-ends de course de trouver un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée, compte tenu des longues périodes passées loin de leur famille.

"Cela devient très difficile sur le plan logistique, 24 courses", a ajouté Steiner. "Sur le plan humain, cela devient aussi très compliqué."

Mais révélant que Haas ne serait pas en mesure d'introduire un système de rotation, Steiner a ajouté : "Vous auriez besoin de faire le pas pour changer de personnel, mais cela ne fonctionnerait pour nous qu'avec peut-être 30 courses, car nous aurions alors les fonds nécessaires pour nous le permettre..."

"Nous ne pouvons pas faire tourner les gars. Alors c'est difficile, oui, mais ça fait partie du job... Je sais que c'est compliqué, je sais les efforts que cela demande. Certains voyagent en classe affaires, d'autres pas..."

"Mais le couvre-feu s'allonge, donc il y a aussi un soulagement de ce côté-là. Il y a peut-être cinq ans, vous travailliez beaucoup plus qu'aujourd'hui. Peut-être que maintenant vous voyagez plus mais vous travaillez moins parce que vous avez un couvre-feu plus long."

Ontdek het op Google Play