Welcome to GPFans

CHOOSE YOUR COUNTRY

  • NL
  • GB
  • FR
  • ES-MX
  • FR
Max Verstappen double champion du monde comme...
WK2022
Ocon : "C'est bien qu'Alonso s'en aille" et quitte Alpine
Ces statistiques que vous ne connaissez pas encore à propos de la saison 2022
Verstappen dénonce des messages menaçants : "Je pense que ça va vraiment trop loin"
Ocon rêve de défier Verstappen : "Tout faire pour combler l'écart"
Verstappen prêt à se lancer dans une bagarre pour le titre à six !
Mercedes explique l'échec du pari d'Hamilton à Abu Dhabi
Sainz révèle les consignes de Ferrari à Abu Dhabi
Voici l'action de l'année en F1 selon la FIA
Wolff est convaincu que Mercedes évitera la crise connue par Red Bull et Ferrari
L'ouverture de la F1 Arcade retardée
Après 2 saisons difficiles, Ricciardo a eu peur de perdre sa passion pour la F1
Hamilton révèle sa haine à l'encontre de la Mercedes W13
Norris veut monter plus souvent sur le podium en 2023
Hamilton crée un «changement tangible» avec des efforts pour l'égalité
Max Verstappen double champion du monde comme...

Max Verstappen double champion du monde comme...

Actualités F1

Max Verstappen double champion du monde comme...

Max Verstappen double champion du monde comme...

En s’assurant le titre mondial 2022 à l’issue du Grand Prix du Japon, et avant les quatre derniers Grands Prix de la saison, le pilote Red Bull a rejoint le cercle fermé des quelques doubles champions du monde de l’histoire de la F1.

Jos Verstappen a douté des chances de titre de son fils en 2022Lire plus

Alberto Ascari (1952-1953) Le pilote Ferrari est non seulement le premier double champion du monde de l’histoire de la F1, il reste encore, à ce jour, le dernier Italien sacré dans la discipline. Fils d’Antonio Ascari, pilote légendaire d’avant-guerre, mort en course en 1925, le natif de Milan a subi la domination des Alfa Romeo de Farina puis Fangio lors des deux premières années du championnat du monde de F1, en 1950 et 1951. A la faveur du retrait d’Alfa Romeo, et du changement de réglementation, Ferrari et Ascari ont dominé les deux année suivantes, et décroché les deux titres en 1952 et 1953. Alberto Ascari conserve également le record de victoires successives (neuf), à cheval sur les deux saisons. Il a trouvé la mort en 1955 lors d’essais à Monza sur une Lancia F1.

Graham Hill (1962-1968) La fin des années 50 a marqué la fin de la domination des voitures italiennes et le début de celle des équipes britanniques. Après des débuts en F1 en 1958 avec Lotus, Graham Hill multiplie les victoires avec BRM au début des années 60. En lutte avec Jim Clark (Lotus) pour le titre en 62, il décroche son premier titre mondial lors de la dernière course de cette même saison, suite à l’abandon de son rival. Après avoir raté de peu le titre en 1964 derrière John Surtees (Ferrari) puis en 1965 (deuxième titre de Jim Clark), il retrouve l’équipe Lotus aux côtés de ce dernier. Hill décroche un second sacre en 1968, lors d’une année endeuillée par la mort de Jim Clark. Son fils Damon Hill sera sacré champion du monde en 1996. Il est également le seul vainqueur de la «triple couronne» : champion du monde de F1, 24 Heures du Mans et 500 miles d’Indianapolis. Il a trouvé la mort dans un accident d’avion en 1975, alors qu’il était encore en activité avec sa propre écurie.

Jim Clark (1963-1965) Considéré comme l’un des plus grands pilotes de l’histoire de la F1, l’Ecossais est resté fidèle à Lotus durant toute sa carrière. Au-dessus du lot en piste, Clark a perdu de peu le titre en 1962 face à Graham Hill mais a été sacré l’année suivante, avant de répéter cet exploit en 1965. Spécialiste de la pole position, il a aussi remporté plus du tiers des courses de F1 qu’il a disputées. Favori à une troisième couronne mondiale en 1968, Jim Clark a trouvé la mort à Hockenheim lors de cette même année lors d’une course de Formule 2.

Emerson Fittipaldi (1972-1974) Le natif de Sao Paulo a fait figure de pionnier, et a entraîné dans son sillage de nombreuses générations de Brésiliens venus s’illustrer en F1. C’est avec Lotus qu’il effectue ses débuts dans la discipline en 1970, et devient le premier pilote sud-américain à être sacré champion du monde en 1972. Passé chez McLaren en 1974, il décroche une deuxième couronne et, après avoir raté un troisième titre de peu l’année suivante face à Jackie Stewart, la suite de sa carrière allait s’avérer plus anonyme. Il disputera ses cinq dernières saiosns en F1 au volant de sa propre écurie avant de raccrocher fin 1980, et de briller ensuite en IndyCar.

Mika Hakkinen (1998-1999) Le Finlandais a donné du fil à retordre à Michael Schumacher et Ferrari à la fin des années 90. Hakkinen a fait ses classes avec Lotus au début des années 90 mais a explosé chez McLaren où il a débuté fin 1993 aux côtés d’Ayrton Senna. Après avoir patienté jusqu’au dernier Grand Prix de 1997 en Espagne pour décrocher son premier succès, il empêche Ferrari et Schumacher de décrocher leur premier titre ensemble en 1998 et 1999. Vice-champion en 2000, il connaît une année plus compliquée en 2001, et quitte la F1 à la fin de cette même année pour faire place chez McLaren à un autre prodige finlandais, un certain Kimi Raikkonen.

Fernando Alonso (2005-2006) Après des débuts remarqués chez Minardi en 2001, le pilote espagnol a rapidement rejoint le giron de l'écurie Renault, avant de débuter en tant que titulaire sous les couleurs de la marque au losange - et de décrocher son premier succès - en 2003. Après avoir subi la domination de Michael Schumacher et Ferrari en 2004 encore, le natif d'Oviedo entre dans l'histoire en 2005 en décrochant son premier titre, le premier d'un pilote espagnol en championnat du monde de F1. Après un nouveau sacre en 2006, il rejoint McLaren en 2007 où il découvre le phénomène Hamilton. Une cohabitation qui fait des vagues, et Alonso retourne chez Renault dès 2008 pour deux saisons, avant de rejoindre Ferrari.

Une association au goût d'inachevé, avec un titre qui lui a échappé à plusieurs reprises face à Sebastian Vettel et Red Bull. Alonso finira par quitter la Scuderia pour quatre saisons compliquées chez McLaren à nouveau. Après trois ans de pause (en endurance avec Toyota), le double champion du monde revient chez Alpine en 2021... puis signe pour deux ans chez Aston Martin, un contrat qui court jusque fin 2024... où il aura 43 ans.

Ontdek het op Google Play