Welcome to GPFans

CHOOSE YOUR COUNTRY

  • NL
  • GB
  • FR
  • ES-MX
  • FR
La FIA doit changer ses priorités après le scandale de Suzuka
WK2022
Brown, patron de McLaren, insiste : "Red Bull a triché"
Williams gagne son procès contre ROKiT et reçoit 30 millions d'euros
Russell : Ma défaite à Sakhir en 2020 ? "Une bénédiction !"
Aston Martin confirme : la marque ne deviendra pas motoriste en 2026
Leclerc prévient : Je serai "plus dur" en piste avec Verstappen en 2023
Le Portugal pour remplacer la Chine : réponse dans quelques jours !
Horner clarifie le retour de Ricciardo chez Red Bull
Ricciardo conseille à Piastri de ne pas mettre la barre trop haut en 2023
Rookie en 2023, Sargeant fera des erreurs chez Williams - Capito
Schumacher - "J'ai l'impression d'avoir fait du bon travail"
F1 2023 : Quel circuit devrait remplacer le Grand Prix de Chine ?
Audi se donne les moyens de réussir son arrivée en F1
F1 2023 : Le calendrier des courses confirmées
Russell va devoir se méfier d'Hamilton la saison prochaine - Rosberg
La FIA doit changer ses priorités après le scandale de Suzuka

La FIA doit changer ses priorités après le scandale de Suzuka

Actualités F1

La FIA doit changer ses priorités après le scandale de Suzuka

La FIA doit changer ses priorités après le scandale de Suzuka
Ian Parkes & Thibaud Comparot

D'horribles souvenirs de l'accident ayant couté la vie à Jules Bianchi en 2014 à Suzuka sont remontés à la surface lors d'une inadmissible scène survenue pendant le Grand Prix du Japon.

Pierre Gasly est sorti de ses gonds après avoir croisé un véhicule de dépannage sous la pluie battante qui s'abattait sur le Grand Prix du Japon. Il y a huit ans de cela, son ami Jules Bianchi, avait été mortellement blessé dans les mêmes conditions, quelques hectomètres plus tôt sur la plus de Suzuka.

Mais malgré toutes les leçons de sécurité tirées de cette sombre journée, les officiels du circuit et la direction de course de la FIA ont en quelque sorte permis qu'une situation aussi dangereuse se reproduise.

C'est la goutte d'eau qui fait déborder le vase pour de nombreux fans, spectateurs, directeurs d'écuries et pilotes.

Le véhicule de dépannage tourne en dérision les efforts de la FIA en matière de sécurité

En dehors du fait que nous aurions pu parler d'un incident mortel dimanche, ce qui, en soi, suffit à nous rendre furieux, la situation va à l'encontre de tout ce que l'instance dirigeante s'est efforcée de faire en matière de sécurité depuis le début de la saison.

Le plus évident est la saga des bijoux qui a encore refait surface à Singapour. Les pilotes, bien qu'ils soient des êtres humains adultes qui choisissent de courir dans un sport aussi dangereux, mettant leur vie en jeu semaine après semaine pour faire ce qu'ils aiment, ont été informés qu'ils ne pouvaient porter aucun bijou lorsqu'ils pilotaient, et cela pour des raisons de sécurité.

Cette décision a été prise alors que d'anciens pilotes, dont Romain Grosjean, ont déclaré que des objets métalliques les avaient protégés lors d'incendies.

Le "Underwear-gate" a également fait l'objet de moqueries au moment de l'entrée en vigueur de cette mesure. Toujours pour des raisons de sécurité, la FIA avait forcé les pilotes à porter des sous-vêtements ignifugés, même Sebastian Vettel, le diplomate de la grille, avait protesté avec humour.

Il est donc déconcertant de constater qu'il peut y avoir une telle force de contrainte lorsque la FIA veut imposer des sous-vêtements aux pilotes, mais qu'il y a un mépris total du bien-être de ces derniers lorsqu'il s'agit de l'action en piste.

En toute honnêteté, les commissaires ont pu agir de façon irréfléchie, ce qui s'est produit au cours des saisons précédentes dans différents scénarios. Mais où était la communication du contrôle de la course aux équipes et aux pilotes pour les avertir de la présence du véhicule sur la piste ?

Il y avait également un commissaire près de la grue servant de lest à la Ferrari de Carlos Sainz. Qui a pensé au bien-être et à la sécurité de ce commissaire de piste ?

La FIA risque la révolte

Les problèmes ne se sont pas arrêtés au véhicule de dépannage. Après une longue interruption due à la pluie, la course a repris son cours après trois tours derrière la voiture de sécurité.

Deux tours après le début de cette reprise, les pilotes du milieu de peloton ont signalé à la radio qu’ils ne voyaient rien et ont demandé à la FIA de patienter avant de relancer la course.

VIDÉO - Gasly croise un tracteur sur la piste de SuzukaLire plus

Alors, tout naturellement, le signal est venu instantanément pour redémarrer la course sur le champ.

Mais quel est l'intérêt de demander des conseils à des pilotes ayant l'expérience de Valtteri Bottas et Daniel Ricciardo et de les ignorer de manière flagrante ?

Après la course, il est rare de voir un pilote sortir de ses gonds comme Pierre Gasly l’a fait. Oui, il n'est pas entièrement innocent, car il n'aurait pas dû rouler à cette vitesse sous régime de safety car, d’autant plus en passant devant le lieu de l'accident de Sainz.

Mais il a eu tout à fait raison de faire ces remarques car la douleur de la perte de Bianchi - le seul pilote de Formule 1 à perdre la vie dans une course depuis Ayrton Senna en 1994 - reste à vif pour de nombreux pilotes et pour le sport automobile français.

Sergio Perez a qualifié cet incident de moment le plus grave de la F1 depuis des années, le Mexicain étant "furieux" du danger dans lequel les pilotes ont été placés.

Les pilotes vont réagir et à juste titre

Une enquête approfondie a été lancée par la FIA, mais le fait est que ce n'est pas la première fois que cela se produit. Quelques semaines auparavant, en Italie, les pilotes ont dépassé un engin de levage sur l’étroite piste de Monza.

Où sont les priorités de la FIA ? Si ce sont les bijoux et les sous-vêtements et non la sécurité sur la piste, alors la F1 est confrontée à un véritable scandale.

Ontdek het op Google Play