Welcome to GPFans

CHOOSE YOUR COUNTRY

  • NL
  • GB
  • FR
  • ES-MX
  • FR
Il y a 15 ans... les espoirs d'un premier titre mondial compromis pour le rookie Hamilton
WK2022
Madrid veut la F1 mais Domenicali n'est pas encore convaincu
Brown, patron de McLaren, insiste : "Red Bull a triché"
Williams gagne son procès contre ROKiT et reçoit 30 millions d'euros
Russell : Ma défaite à Sakhir en 2020 ? "Une bénédiction !"
Aston Martin confirme : la marque ne deviendra pas motoriste en 2026
Leclerc prévient : Je serai "plus dur" en piste avec Verstappen en 2023
Le Portugal pour remplacer la Chine : réponse dans quelques jours !
Horner clarifie le retour de Ricciardo chez Red Bull
Ricciardo conseille à Piastri de ne pas mettre la barre trop haut en 2023
Rookie en 2023, Sargeant fera des erreurs chez Williams - Capito
Schumacher - "J'ai l'impression d'avoir fait du bon travail"
F1 2023 : Quel circuit devrait remplacer le Grand Prix de Chine ?
Audi se donne les moyens de réussir son arrivée en F1
F1 2023 : Le calendrier des courses confirmées
Il y a 15 ans... les espoirs d'un premier titre mondial compromis pour le rookie Hamilton

Il y a 15 ans... les espoirs d'un premier titre mondial compromis pour le rookie Hamilton

Actualités F1

Il y a 15 ans... les espoirs d'un premier titre mondial compromis pour le rookie Hamilton

Il y a 15 ans... les espoirs d'un premier titre mondial compromis pour le rookie Hamilton

Le pilote britannique, qui débutait cette année-là en F1, a perdu gros lors d'une improbable bévue le 7 octobre 2007 en Chine.

La saison 2007 s'annonçait comme celle de tous les succès pour l'équipe McLaren-Mercedes. Après avoir aligné la paire Kimi Raikkonen-Juan Pablo Montoya en 2006, l'équipe britannique, dirigée alors par Ron Dennis, avait en effet réussi à s'attirer les services du double en champion du monde en titre, Fernando Alonso, en provenance de chez Renault.

Le pilote espagnol, qui faisait déjà partie des favoris au titre avant même le début de la saison, se voyait épauler par un jeune débutant britannique, tout fraîchement titré en GP2 l'année précédente : le jeune et prometteur Lewis Hamilton.

S'ils étaient surpris lors du Grand Prix d'ouverture en Australie par Raikkonen, qui s'imposait pour sa première course chez Ferrari, les deux pilotes McLaren terminaient groupés en deuxième et troisième positions, Hamilton, qui terminait derrière Alonso, signant lui un podium pour sa toute première apparition en F1.

Hamilton nostalgique après une journée "grise" à SuzukaLire plus

Si Alonso répliquait dès le Grand Prix suivant en Malaisie, Hamilton faisait preuve d'une constance remarquable, alignant quatre deuxièmes places successives... et s'emparant même de la tête du championnat à l'issue du Grand Prix d'Espagne.

Hamilton enfonçait le clou en décrochant son premier succès à Montréal : l'élève avait rattrapé, sinon dépassé le maître.

Les tensions n'allaient pas tarder à émerger entre les deux hommes, qui se rendaient coup pour coup, ce dont profitait Kimi Raikkonen pour rester dans la course au titre.

La rivalité Alonso/Hamilton était à son comble lors des qualifications du Grand Prix de Hongrie, où le pilote espagnol bloquait délibérément son rival au stand pour l'empêcher de disposer d'un nouveau tour lancé, à la grande fureur des dirigeants de McLaren.

La rupture était consommée entre Fernando Alonso et McLaren, désormais totalement acquise à la cause de son jeune protégé Lewis Hamilton - sous contrat avec l'équipe britannique depuis ses années karting.

Mais Hamilton ne cédait pas sous la pression et, après avoir signé un carton plein au Japon (pole, victoire, meilleur tour en course), se retrouvait nanti d'une avance de 12 points au championnat sur Alonso (17 sur Raikkonen), avant l'avant-dernière course de la saison, en Chine.

On rappellera que le barème d'alors était différent, les huit premiers seulement marquant des points (10, 8, 6, 5, 4, 3, 2 et 1 points).

Coup de théâtre à Shanghai !

A Shanghai, Lewis Hamilton faisait ce qu'il fallait en signant la pole position devant les Ferrari de Raikkonen et Massa, Alonso devant se contenter de la 4e place sur la grille.

Dimanche 7 octobre, la piste est humide à Shanghai, et Hamilton, qui a l'occasion de sceller le titre dès l'issue de ce Grand Prix, prend rapidement les devants avec ses pneus intermédiaires. Mais, la piste s'asséchant, les gommes s'usent rapidement et le Britannique s'engouffre au stand... et sort dans un virage de la voie de décélération, piégé par une portion humide. Bloqué dans le bac à graviers, Hamilton ne peut aller plus loin !

Kimi Raikkonen profite de l'aubaine pour s'imposer devant Alonso et Massa. Au championnat, et avant la finale au Brésil, Hamilton ne compte plus que sept points d'avance sur Hamilton, et sept sur le pilote Finlandais.

La suite, on la connaît : aidé par un Felipe Massa absolument sans rival devant son public (pole position), Kimi Raikkonen s'imposait alors que Hamilton, en proie à un problème mécanique en début de course, devait se contenter de la 7e place.

Le Finlandais coiffait le titre mondial... pour un seul point devant Hamilton, mais aussi Fernando Alonso. En terminant troisième derrière Massa, ce dernier concluait la saison à égalité de points avec son jeune équipier. Avant de retrouver Renault les deux saisons suivantes.

Ontdek het op Google Play