Welcome to GPFans

CHOOSE YOUR COUNTRY

  • NL
  • GB
  • FR
  • ES-MX
  • FR
Mazepin – Je n'abandonnerai pas mon pays

Mazepin – Je n'abandonnerai pas mon pays

Actualités F1

Mazepin – Je n'abandonnerai pas mon pays

Mazepin – Je n'abandonnerai pas mon pays

L'invasion de l'Ukraine par la Russie en février dernier a eu de nombreuses répercussions. Parmi celles-ci, les athlètes russes ont été bannis de nombreuses compétitions, et le sport automobile n'a pas fait exception avec, en premier lieu, l'annulation du Grand Prix de Russie.

Depuis mars également, la FIA a interdit aux pilotes russes – et biélorusses – de prendre part à quelconque compétition, à moins de renoncer à son drapeau et de courir sous bannière neutre, ou celle d'un autre pays.

Shwartzman mérite sa place en Formule 1 - BinottoLire plus

Parmi les cas les plus connus, l'ancien pilote de Formule 2, et pilote de réserve chez Ferrari, Robert Schwartzman, a renoncé à courir sous licence russe pour le faire sous licence israélienne, son pays de naissance, mais aussi pays d'origine de son père.

"Vous ne pouvez blâmer personne pour cela, nous sommes des athlètes et chacun a son propre choix", a déclaré Mazepin au journal Ria Novosti.

"C'est une question de considérations personnelles. Si vous voulez abandonner votre pays pour le sport, chacun peut choisir pour lui-même, mais je ne le ferai pas."

L'instance fédérale avait également demandé aux ressortissants russes et biélorusses, s'ils souhaitaient courir dans l'un de ses championnats, de signer un document dans lequel ils affirmaient condamner les exactions russes en Ukraine.

Nikita Mazepin, qui avait effectué ses débuts en F1 chez Haas l'an passé, a ainsi refusé de se conformer aux exigences de la FIA, et a été contraint de quitter la discipline. L'autre raison de son départ est que sa présence chez Haas était financée par Uralkali, l'entreprise – russe – de son père, un partenariat qui a également été compromis par l'interdiction de tout partenariat avec des entités russes.

"J'ai été l'un des premiers à recevoir ce document en mars, mais j'aimerais vraiment que les athlètes aient la possibilité de rester neutres", a ajouté Mazepin, qui avait déclaré ne pas vouloir prendre position sur le conflit.

Par ailleurs, Mazepin a confirmé qu'il avait toujours l'intention de poursuivre Haas en justice, estimant qu'il aurait dû être payé dans le cadre de son contrat signé, mais résilié par la structure américaine.

"Nous avons intenté un procès, ce qui est important - l'avis a été accepté", a poursuivi le pilote russe.

"Pour le moment, notre adversaire, l'équipe Haas, a 30 jours pour répondre à l'avis du tribunal. Nous saurons bientôt quand et où exactement en Suisse les audiences auront lieu."

Ontdek het op Google Play