Welcome to GPFans

CHOOSE YOUR COUNTRY

  • NL
  • GB
  • FR
  • ES-MX
  • FR
Alpine : Une fermeture de l'Academy après le fiasco Oscar Piastri ?

Alpine : Une fermeture de l'Academy après le fiasco Oscar Piastri ?

Actualités F1

Alpine : Une fermeture de l'Academy après le fiasco Oscar Piastri ?

Alpine : Une fermeture de l'Academy après le fiasco Oscar Piastri ?

Le PDG d'Alpine, Laurent Rossi s'est exprimé sur le futur de l'Alpine Academy, à la suite de la signature du pilote le plus prometteur Oscar Piastri chez McLaren pour 2023.

L'Australien s'est engagé avec McLaren depuis le 4 juillet 2022, alors qu'Alpine pensait que Piastri était toujours en lice pour rejoindre l'écurie française en tant que titulaire en 2023 ou 2024.

L'annonce de la retraite de Sebastian Vettel en fin de saison 2022, en marge du Grand Prix de Hongrie, a secoué le marché des transferts. En effet, Fernando Alonso a annoncé s'engager chez Aston Martin en remplacement de Vettel, alors qu'Alpine pensait pouvoir le prolonger au moins une année supplémentaire. Surpris par l'annonce de l'Espagnol, Alpine s'est empressée d'annoncer la titularisation d'Oscar Piastri pour l'année 2023.

La réponse de Piastri a été sèche sur les réseaux sociaux : "Je comprends que, sans mon accord, Alpine F1 a publié un communiqué de presse en fin d'après-midi indiquant que je piloterai pour eux l'année prochaine. C'est faux et je n'ai pas signé de contrat avec Alpine pour 2023. Je ne piloterai pas pour Alpine l'année prochaine."

Alpine étant sur d'avoir un contrat avec le pilote australien, le Contract Recognition Board (CRB), qui statut sur la validité des contrats, est intervenu alors que la F1 reprenait en Belgique après la trêve estivale. Le CRB a donné raison à McLaren et aucune compensation ne semble être accordée à Alpine, qui a investi des sommes considérables dans la préparation de Piastri.

Le dilemme d'Alpine : continuer à former ou arrêter le programme de formation

Face à un tel revers, la question de continuer l'Alpine Academy se pose à Enstone. Laurent Rossi estime que le manque de loyauté de Piastri envers Alpine "n'est pas bon pour le sport. Au-delà de notre petite égratignure ici à Alpine, je pense que le sport lui-même est un peu égratigné".

Le départ de Piastri chez McLaren pourrait faire réfléchir les autres écuries à investir sur de jeunes talents.

"C'est nous qui avons obtenu la brûlure pour tous les autres," a continué Rossi, estimant Alpine lésée par la situation.

"Le problème que cela crée est que le marché devient trop fluide. Cela met en danger les parties prenantes qui investissent dans ce marché."

"Si vous décidez d'économiser de l'argent chaque année en n'investissant pas dans les pilotes et que vous les débauchiez ensuite avec l'argent économisé, c'est une proposition différente."

"Je ne suis pas sûr de vouloir continuer à former ces pilotes, ou je vais devoir leur imposer un contrat qui pourrait ne pas leur plaire."

"Alors comment résoudre ce problème ? Maintenant, nous nous demandons vraiment s'il faut ou non [continuer] au-delà du groupe de pilotes que nous avons et avec lesquels nous allons honorer jusqu'au bout nos obligations puisque nous avons des plans pluriannuels avec eux."

"Nous nous demandons si nous allons prendre de nouveaux pilotes, car pourquoi le ferions-nous ?"

Alpine compte deux pilotes en Formule 2 - Jack Doohan et Olli Caldwell - ainsi que le champion de Formule 3 Victor Martins et le vainqueur de courses de F3 Caio Collet. Plusieurs pilotes sont également liés à l'équipe en tant que "Alpine Affiliates" depuis la création du programme en 2022.

Alpine n'a pas encore vu l'un de ses juniors accéder à la grille de la F1 tout en faisant partie de l'équipe depuis la relance du programme avec Renault en 2016. Zhou Guanyu a quitté l'Academy lorsqu'il est entré en F1 avec Alfa Romeo cette saison.

Mais Renault/Alpine a soutenu de nombreux juniors au cours de son mandat actuel en F1, et le programme de pilotes a également existé de manière prolifique lors du précédent passage de Renault en F1.

"Cela fait partie de notre histoire", a continué Rossi. "C'est l'histoire du sport automobile."

"Elle est faite de parties prenantes, principalement des constructeurs, qui créent des programmes de pilotes." "Alors est-ce que nous voulons changer ça. Est-ce trop dangereux, est-ce que ça crée un précédent ?"

"C'est aussi une valeur que nous avons. Nous croyons qu'il faut attirer les jeunes talents dans un ensemble de valeurs qui sont les nôtres, de sorte que lorsqu'ils atteignent leur apogée, ils s'adaptent déjà très bien à nous, ils cliquent avec nous."

"Ils ont l'état d'esprit qui nous plaît, les valeurs qui nous plaisent."

Ontdek het op Google Play