Welcome to GPFans

CHOOSE YOUR COUNTRY

  • NL
  • GB
  • FR
  • ES-MX
  • FR
Les propos de Vettel ont fait scandale en Italie

Les propos de Vettel ont fait scandale en Italie

Actualités F1

Les propos de Vettel ont fait scandale en Italie

Les propos de Vettel ont fait scandale en Italie

Sebastian Vettel a été sérieusement critiqué pour ses remarques sur le Président de la République d’Italie suite à une démonstration aérienne avant le départ du Grand Prix d’Italie.

Le quadruple champion du monde n’avait guère apprécié le survol de la piste, avant le départ, par une patrouille aérienne italienne déployant des fumigènes aux couleurs du pays, avant qu’un avion à réaction ne fasse à son tour un survol de l’Autodrome de Monza.

Aston Martin choisit Drugovich comme premier membre de son académie F1Lire plus

Vettel, constamment engagé pour la cause écologique, avait ouvertement critiqué cette démonstration, arguant du fait qu’elle « flattait avant tout l’égo » du président Sergio Matarella, évoquant également l’âge de ce dernier.

Des remarques qui ne sont guère passées en Italie, notamment auprès des responsables de l’Automobile Club de Milan dont le président, Geronimo La Russa, a condamné les paroles du pilote Aston Martin, prenant la défense de Sergio Matarella, présent sur le circuit pour les célébrations du centenaire de la première course disputée à Monza.

"C’est une polémique qui offense le Président de la République et nous tous", s’est insurgé La Russa dans une interview donnée à la Gazzetta dello Sport, où il apporte une précision sur le survol en question.

"Nous remercions Sergio Matarella d’être venu ici pour célébrer le centenaire de l’Autodrome. Et l’avion a volé, pour la première fois, avec 25% de biocarburant, une expérience importante également pour l’aviation civile."

La Russa a poursuivi ses critiques envers Sebastian Vettel en insistant : "On m’a toujours appris que le président de la République doit être écouté, et non commenté, surtout si vous êtes un invité venant d’un pays étranger."

"Et le survol des Frecce Tricolori est une fierté italienne. Il est regrettable qu'un champion du monde, qui a également remporté son premier GP à Monza, se soit engouffré dans une polémique aussi inutile. Il ne lui reste plus qu'à s'excuser auprès du président Mattarella et de tous les Italiens."

Ontdek het op Google Play