Welcome to GPFans

CHOOSE YOUR COUNTRY

  • NL
  • GB
  • FR
  • ES-MX
  • FR
Et si Ferrari se décidait à jouer les titres ?

Et si Ferrari se décidait à jouer les titres ?

Actualités F1

Et si Ferrari se décidait à jouer les titres ?

Et si Ferrari se décidait à jouer les titres ?

La Scuderia semble avoir tous les éléments en main pour disputer les titres mondiaux à Red Bull.

Critiqué par les fans pour son manque d'ambition apparent, Mattia Binotto cacherait-il bien son jeu ?

L'Italien n'est en tout cas pas né de la dernière pluie et, lorsqu'il feint de ne pas s'intéresser aux titres mondiaux, il y a fort à parier qu'il tente de retirer de la pression à ses troupes - même si elles doivent avoir l'habitude de vivre avec.

Car, sur papier, Ferrari a démarré la saison avec la meilleure monoplace avant de connaitre un déficit de puissance en ligne droite face à la Red Bull RB18. Un problème qui n'existe pourtant plus aujourd'hui, ce dont s'est félicité Binotto après la victoire de Charles Leclerc en Autriche.

En performance pure, la F1-75 est donc au niveau et suit bien le rythme de développement, sans avoir à rougir de ce que réalise Red Bull de son côté.

Par ailleurs, la Scuderia semble mieux maitriser la dégradation des pneumatiques Pirelli que son concurrent - et c'est une constante depuis le début de saison ! C'est en bonne partie ce qui a permis à Leclerc de renverser la situation à Spielberg, car Ferrari gère particulièrement bien l'usure des gommes à l'arrière.

Hamilton à Leclerc : "Je ne voulais surtout pas t'envoyer dehors à Copse !"Lire plus

Côté stratégique, l'équipe italienne a certes connu des ratés évidents à Monaco et à Silverstone, mais il est juste de souligner qu'il y a aussi des réussites, comme en Autriche.

Visiblement sûrs de leur niveau de performance, les hommes en rouge ont décidé de retarder leurs arrêts et ont ainsi conservé un avantage pneumatique certain qui a payé.

À tous points de vue, Ferrari connait donc les ingrédients du succès et peut - devrait ? - désormais afficher ses ambitions de titres, en commençant par désigner Leclerc comme leader naturel de l'équipe.

Reste un seul problème à régler, et il est de taille : la fiabilité. L'unité de puissance conçue à Maranello semble décidément fragile et ce problème devra impérativement être réglé au plus vite afin que Leclerc et Carlos Sainz ne subissent pas plus de pénalités que Max Verstappen et Sergio Pérez.

Visiblement, la Scuderia a identifié certains problèmes ciblés puisque l'abandon de Sainz en Autriche était dû à la même cause que celui de Leclerc en Azerbaïdjan, dixit Binotto.

Définitivement, il est temps d'assumer. À l'image de ses fans, Ferrari doit viser le graal et ne plus se cacher, sans quoi la belle fête de 2022 pourrait rapidement tourner au cauchemar...

Ontdek het op Google Play