Welcome to GPFans

CHOOSE YOUR COUNTRY

  • NL
  • GB
  • FR
  • ES-MX
  • FR
Martin Brundle : Ferrari aime Charles Leclerc comme Michael Schumacher

Martin Brundle : Ferrari aime Charles Leclerc comme Michael Schumacher

Actualités F1

Martin Brundle : Ferrari aime Charles Leclerc comme Michael Schumacher

Martin Brundle : Ferrari aime Charles Leclerc comme Michael Schumacher

Alors que les temps sont durs chez Ferrari après le Grand Prix d'Azerbaïdjan de dimanche dernier, Martin Brundle voit toujours une lueur d'espoir pour Charles Leclerc.

Le Monégasque a signé quatre pole positions consécutives, mais n'a pas réussi à les convertir en raison d'un ensemble de problèmes de fiabilité et d'erreurs de stratégie de la part de la Scuderia.

Lewis Hamilton soutient la FIA et son nouveau président Mohammed Ben SulayemLire plus

Dimanche dernier à Bakou, son unité de puissance et ses chances de victoire sont parties en fumée alors qu'il menait la course. Cependant, après la course, Martin Brundle a mis en évidence un point positif majeur pour Charles Leclerc.

Brundle voit grandir la passion entre Ferrari et Leclerc

"Il aime Ferrari et Ferrari l'aime et pour être honnête, la dernière fois que j'ai vu quelque chose comme ça, c'était entre Michael Schumacher et la Scuderia", a expliqué Brundle.

"Il y a énormément d'amour entre les deux parties, mais en ce moment, le Monégasque doit se sentir aussi meurtri que le dos de Lewis Hamilton".

La fiabilité coûte cher à Leclerc

Charles Leclerc a chuté à la troisième place du classement du championnat des pilotes après cette récente série de malchances. Martin Brundle admet que la fiabilité pourrait finir par lui coûter cher dans sa tentative de défier Max Verstappen, pour le titre en 2022.

"Nous sommes au cœur d'une saison de 22 courses", poursuit l'ancien pilote de Formule 1.

"Les courses se succèdent sans relâche. Si vous avez un gros problème, vous allez le régler, mais Ferrari fait face actuellement à plusieurs problèmes simultanés."

La Scuderia va devoir réagir, au pire moment de la saison. En effet, après ce double abandon de Bakou, les écuries doivent rapidement plier bagage pour faire le voyage vers Montréal. La F1 reprend ses droits au Canada dès ce week-end, ce qui laisse peu de temps à la firme italienne pour analyser ces récents soucis mécaniques.

Un Charles Leclerc "abattu" après Bakou ?Lire plus

"Charles Leclerc doit être hors de lui ! Il aurait pu remporter quatre glorieuses victoires."

L’ancien pilote de F1 fait ici référence aux GP de Miami, d’Espagne, de Monaco et enfin d’Azerbaïdjan.

"Il place la voiture en pole position, conduit magnifiquement et puis ce genre de chose lui arrive beaucoup trop souvent", a conclu Martin Brundle.

Ontdek het op Google Play