Welcome to GPFans

CHOOSE YOUR COUNTRY

  • NL
  • GB
  • FR
  • ES-MX
  • FR
Ferrari offre une explication sur le fiasco monégasque

Ferrari offre une explication sur le fiasco monégasque

Actualités F1

Ferrari offre une explication sur le fiasco monégasque

Ferrari offre une explication sur le fiasco monégasque

Le directeur de la stratégie de Ferrari, Iñaki Rueda, a donné une explication complète des erreurs de l'équipe qui ont coûté la victoire à Charles Leclerc lors de son Grand Prix national à Monaco.

Dans la préparation de la course de dimanche, Leclerc était facilement le pilote le plus rapide sur la piste et a obtenu la 14e pole position de sa carrière en F1.

Alonso demande à la F1 d'apprendre du crash de SchumacherLire plus

Mais avec la pluie qui a commencé à tomber juste avant la course et qui a entraîné un retard de 65 minutes, les espoirs de succès du jeune homme de 24 ans ont été balayés en même temps que les erreurs stratégiques de Rueda et de son équipe.

Le résultat a été une amère quatrième place derrière le vainqueur de la course, Sergio Perez, son coéquipier chez Ferrari Carlos Sainz étant deuxième, et Max Verstappen troisième.

"Avec Charles, nous avons fait deux erreurs, la première était de couvrir Perez", a déclaré Rueda.

"Alors qu'avec Carlos nous avons réalisé très tard dans son tour que nous ne pouvions pas couvrir Perez, avec Charles nous avions un grand écart et nous pensions pouvoir couvrir Perez".

"Au début du 18ème tour, Charles avait plus de 10 secondes d'avance sur Perez. Nous pensions que cet avantage allait se réduire, car Perez, en pneus intermédiaires, était beaucoup plus rapide que Charles sur les extrêmes."

"Nous avions regardé d'autres pilotes, nous avions des données en direct des voitures, et nous pensions que cet écart se réduirait d'environ 10 secondes à cinq, quatre, trois au pire."

"En arrivant, nous avons vu cet écart de 10 secondes se réduire, sept, six, cinq, quatre. Alors que Charles passait au niveau de la piscine, la dernière référence de chronométrage que nous avions indiquait qu'il sortirait avec une seconde d'avance sur Perez."

"Ce à quoi nous ne nous attendions pas, c'est que Perez soit neuf secondes plus rapide au total dans ce tour, et à cause de ça, nous avons perdu la course avec Charles."

Échec du "doppio" de Ferrari

Rueda a concédé que la deuxième erreur de l'équipe était de réaliser un double arrêt, plus connu en Italie sous le nom de 'doppio'. Leclerc avait alors été appelé juste après Sainz.

En réalisant ce qui se passait devant lui, Leclerc a laissé échapper un cri de frustration sur la radio de l'équipe.

"Nous voulions mettre les deux voitures en pneus secs, et au 21e tour, nous avons pensé que la piste était bonne pour les pneus secs", a déclaré Rueda.

"En même temps que nous faisions rentrer Carlos pour essayer de garder la tête de la course, nous nous sommes dit 'Faisons rentrer Charles pour essayer de passer Perez afin que nous puissions finir P1 et P2'."

"En arrivant, nous regardions nos outils et nos écarts, et l'écart entre nos voitures était de cinq secondes - il était temps pour un doppio."

"Un doppio confortable se fait avec six secondes entre les voitures, mais nous avons pensé que cinq secondes et demie pourraient être suffisantes."

"Au fur et à mesure que les voitures se rapprochaient de l'entrée des stands, l'écart se réduisait, et à l'entrée des stands, l'écart n'était plus que de trois secondes et demie."

Red Bull exclut tout licenciements pour respecter le budget plafonné de 2022Lire plus

"Nous avons fait une tentative de dernière seconde pour essayer de dire à Charles de rester en dehors, mais c'était trop tard. Il avait déjà pris le virage dans la voie des stands."

"Dans ce doppio, Charles a perdu deux secondes. C'était crucial. Pourquoi ? C'est ce qui a permis à Verstappen de sortir devant Charles un tour plus tard. "

Rueda concède que lui et Ferrari ont quitté Monaco avec un "goût amer" dans la bouche, reconnaissant qu'ils ont "fait de très bonnes choses", mais aussi "d'autres choses dont nous ne sommes pas si fiers."

En conclusion, il ajoute : "Nous sommes retournés à l'usine, nous avons analysé ce que nous avons fait de bien et de mal, nous avons mis à jour nos outils, nos procédures, et nous nous assurons de revenir plus forts de cette expérience."

Ontdek het op Google Play