Welcome to GPFans

CHOOSE YOUR COUNTRY

  • NL
  • GB
  • FR
  • ES-MX
  • FR
La règle visant à interdire les bijoux en F1 soutenue par le président du GPDA

La règle visant à interdire les bijoux en F1 soutenue par le président du GPDA

Actualités F1

La règle visant à interdire les bijoux en F1 soutenue par le président du GPDA

La règle visant à interdire les bijoux en F1 soutenue par le président du GPDA

Le président de l'Association des pilotes de Grand Prix, Alex Wurz, a soutenu la FIA dans sa lutte contre les bijoux en F1, tout en admettant qu'elle aurait pu adopter "une approche légèrement différente".

La FIA a tranché dans le vif au sujet des bijoux et des sous-vêtements des pilotes. Une tentative de réaction après avoir vu un nombre croissant de règles controversées être exposées ces derniers temps.

VIDÉO - Faites un tour du circuit de Barcelone à bord d'une F1 de 2022Lire plus

Ce renforcement de la réglementation a toutefois suscité une nouvelle controverse, Lewis Hamilton et Sebastian Vettel s'exprimant tous deux contre les mesures prises à l'encontre du port de bijoux et de sous-vêtements non-conformes. Le quadruple champion du monde suggérant que son ancien rival pour le titre était visé par l'organe directeur.

S'adressant à Reuters, l'ancien pilote Williams et McLaren Alex Wurz a expliqué : "Cette règle existe pour de bonnes raisons."

"Cependant, j'aurais probablement aimé une approche légèrement différente dans la façon de faire passer le message."

"Je ne veux pas me retrouver dans le football où il y a plus de mains en l'air et d'abus verbaux... Il faut travailler ensemble. C'est un style que j'aurais préféré dans ce cas."

Wurz "sensibilisé" par une douloureuse leçon

Bien que les bijoux et les sous-vêtements puissent sembler être des questions anodines, Wurz a raconté une conversation avec l'ancien pilote Kris Nissen pour prouver le contraire - le Danois impliqué dans un incendie à Fuji en 1988.

"Il a montré son corps et a dit 'regarde ça'", a déclaré Wurz.

Horner - Aucun obstacle à la réussite des femmes en F1Lire plus

"Pour lui, la chose la plus douloureuse après l'incendie, c'était le caoutchouc [élastique] de son pantalon qui avait brûlé sur sa peau. Il a dit que [c'était] une agonie et une douleur qui ont duré des années, et cela m'a sensibilisé."

"À partir de ce moment-là, je me suis dit que je ne voulais pas subir ces conséquences, seulement pour [ne pas] avoir enlevé mon pantalon et mis un caleçon ignifugé. C'est la même chose avec les bijoux", a conclu Alex Wurz.

Ontdek het op Google Play