Welcome to GPFans

CHOOSE YOUR COUNTRY

  • NL
  • GB
  • FR
  • ES-MX
  • FR
McLaren s'interroge sur la coopération de certaines équipes en F1

McLaren s'interroge sur la coopération de certaines équipes en F1

Actualités F1

McLaren s'interroge sur la coopération de certaines équipes en F1

McLaren s'interroge sur la coopération de certaines équipes en F1

Andreas Seidl, directeur de l'équipe McLaren, espère que la F1 ne permet pas à certaines écuries de tirer avantage dans leurs relations avec d'autres équipes.

Depuis le début de la saison, Haas est une écurie bien plus performante qu'en 2021. En quatre courses, elle a inscrit 15 points et pointe à 31 longueurs de McLaren (46 points) au championnat constructeurs. L'équipe n'avait inscrit aucun point la saison dernière. De plus en plus d'écuries s'interrogent sur la nature de la coopération entre Ferrari et Haas.

Alpine "fait confiance" à la FIA pour examiner les liens entre Ferrari et HaasLire plus

Lorsqu'on l'interroge sur les relations entre les équipes, Seidl expose le problème que poserait la coopération entre certaines écuries :

"Cela présente deux problèmes. Cela permet à des équipes B avec, disons, moins d'efforts, fournissant moins d'efforts, d'être davantage performantes. Mais ce qui est encore plus inquiétant, c'est que l'équipe A en profite."

"Et c'est évidemment ce qui est inquiétant, avec l'ambition que nous avons en tant qu'équipe. J'espère toujours que nous trouverons des solutions ici, parce que clairement l'objectif que nous avons l'ambition n'est pas d'avoir une deuxième équipe, par exemple."

Il ajoute : "J'espère que la F1 ne se retrouvera jamais dans une position où il faut avoir une deuxième équipe pour se battre à l'avant."

"Une question de principe"

Le patron de McLaren souhaite plus de clarté de la part des instances dirigeantes du sport :

"C'est juste une question de principe où la F1, la FIA, les équipes, doivent décider de ce que la F1 doit être à l'avenir. Et encore une fois, notre position n'a pas changé, et n'a rien à voir avec les performances sportives actuelles des équipes."

"Encore une fois, nous voulons juste que ce soit clair. Haas mérite tous les résultats qu'ils produisent en ce moment, parce qu'il y a des règlements en place, et s'ils respectent les règlements, il n'y a rien à redire, ce que nous ne faisons pas non plus."

"C'est une question de principe, et de ce que devrait être la F1 à l'avenir. Encore une fois, nous pensons que la F1 devrait être un championnat de constructeurs. Cela signifie que tout ce qui est lié à la performance de la voiture, toute la propriété intellectuelle qui est pertinente pour la performance de la voiture, doit être fait par l'équipe, par les équipes spécifiques."

"Cela signifie que vous ne devriez être autorisé à partager que les unités de puissance, et les internes de la boîte de vitesses, c'est logique."

Bannir ce qui ne peut être contrôlé

Seidl se méfie particulièrement des équipes qui partagent des installations telles que les souffleries : "Des choses comme le partage d'infrastructures devraient être interdites, car il y a beaucoup de choses qui ne peuvent pas être contrôlées correctement.

"Et les choses que vous ne pouvez pas policer correctement, vous devriez les interdire, parce qu'alors vous êtes clair, et alors vous évitez aussi la discussion de ce qui se passe là, ce qui se passe là. C'est juste propre."

Ontdek het op Google Play