Welcome to GPFans

CHOOSE YOUR COUNTRY

  • NL
  • GB
  • FR
  • ES-MX
  • FR
Le circuit de l’Albert Park ne compte pas moins de quatre zones DRS

Le circuit de l’Albert Park ne compte pas moins de quatre zones DRS

Actualités F1

Le circuit de l’Albert Park ne compte pas moins de quatre zones DRS

Le circuit de l’Albert Park ne compte pas moins de quatre zones DRS

Le nouveau circuit de l’Albert Park à Melbourne, où la F1 se rend pour la première fois en deux ans, semble avoir pas moins de quatre zones DRS. Les modifications apportées à la piste ont été faites pour favoriser l’action en piste.

Après deux ans d'absence, le Grand Prix d'Australie fera enfin son retour au calendrier en 2022. La course australienne est généralement un événement très populaire parmi les pilotes et les fans, mais en raison de la pandémie, la course de Melbourne n'a pas pu être organisée ces dernières années. En 2020, la course a même été annulée quelques heures avant le début de l'événement, alors que la Formule 1 se confrontait pour la première fois à la pandémie de COVID-19.

Quatre zones de DRS sur le circuit de l’Albert Park

Ricciardo - Des points seraient une petite victoire pour nousLire plus

Deux ans plus tard, les pilotes retrouvent le circuit semi-rural de Melbourne, alors que la piste a été modifiée entre-temps. L'un des changements les plus importants du circuit est la suppression de la chicane dans les virages 9 et 10, ce qui devrait rendre la piste beaucoup plus rapide.

En outre, le circuit modifié affiché sur le site Internet de la Formule 1 révèle que les pilotes courront avec pas moins de quatre zones DRS sur la piste de l’Albert Park. Il y aura deux points de détection, avec deux zones qui se suivent l'une et l'autre. Cette décision semble critiquable à l'heure où l'utilité du DRS est de plus en plus débattue dans le paddock.

En effet, avec ces nouvelles monoplaces rendues plus simples à suivre par un poursuivant, l’utilité du DRS est plus que remise en question. Cependant, Charles Leclerc comme Max Verstappen pensent que la Formule 1 ne peut pas encore se passer de cette aide artificielle.

"Cette année, le suivi des monoplaces a été amélioré si l’on compare aux années précédentes et c'est une étape positive, en tant que pilote, j’apprécie cette nouvelle voie qu’emprunte la F1. C'est très positif pour le sport", a commenté Charles Leclerc "Mais je pense toujours que ce n'est pas suffisant pour se passer du DRS".

Ontdek het op Google Play