Welcome to GPFans

CHOOSE YOUR COUNTRY

  • NL
  • GB
  • FR
  • ES-MX
  • FR
Verstappen : " Sans le DRS, j'aurais terminé deuxième "

Verstappen : " Sans le DRS, j'aurais terminé deuxième "

Actualités F1

Verstappen : " Sans le DRS, j'aurais terminé deuxième "

Verstappen : " Sans le DRS, j'aurais terminé deuxième "

Max Verstappen a rejeté les appels à la suppression du DRS en F1 et pense qu'il ne serait pas sorti victorieux de sa bataille avec Charles Leclerc sans ce dispositif lors du Grand Prix d'Arabie Saoudite.

Le circuit de Djeddah comportait trois zones DRS qui ont joué un rôle dans la fantastique lutte entre les pilotes Red Bull et Ferrari. Selon les mots de Christian Horner, directeur de l’écurie autrichienne, chacun des deux pilotes jouant au "chat et à la souris" pour prendre l'avantage dans le dernier virage.

Horner n'a aucun doute sur le retour de Mercedes aux avants-postesLire plus

Max Verstappen s'est finalement défait de Charles Leclerc pour filer vers sa première victoire de la saison. Mais, après la course, le débat a été relancé sur la question de savoir si le DRS pourrait être abandonné. En effet, la nouvelle réglementation permet aux voitures de se suivre plus facilement. Au final, le DRS n’abrège-t-il pas des batailles qui pourraient se faire sans le cette aide ?

"Eh bien, si je n'avais pas le DRS, je ne serais jamais passé", a déclaré Verstappen. "Nous sommes encore trop dépendants de ce procédé."

"Bien sûr, il est parfois plus facile de dépasser sur certaines, mais pour moi, en ce moment, si le DRS n'était pas là, j'aurais terminé à la deuxième place. "

Lorsqu'on lui demande de comparer la bataille entre lui et Charles Leclerc à Bahreïn à celle qu'ils ont eue à Djeddah, Verstappen explique : " Chaque bataille est différente, à Djeddah, il fallait être intelligent et malin."

En effet, nous avions assisté à un véritable mano à mano lors du Grand Prix de Bahreïn. Max Verstappen était venu dépasser le pilote Ferrari dans la ligne droite des stands. Charles Leclerc contre-attaquait à l’amorce du virage 3 pour reprendre sa position. À chaque fois, les pilotes utilisaient leurs DRS.

"Vous devez juste faire avec, vous y adapter. Et c'était très amusant. Ce n'était pas facile, mais c'était très amusant. "

Max Verstappen et Charles Leclerc étaient déjà adversaires à l'époque du karting et à la question de savoir si les batailles dans chacune des deux premières courses lui rappelaient ces combats, le champion du monde en titre a répondu : "Eh bien, en karting, vous pouvez frotter un peu plus, vous savez, avec les protections du kart," A-t-il déclaré. "Ce n'est malheureusement plus possible en Formule 1. Nous l'avons fait dans le passé, mais aujourd'hui tout va bien."

Ontdek het op Google Play