Welcome to GPFans

CHOOSE YOUR COUNTRY

  • NL
  • GB
  • FR
  • ES-MX
  • FR
Chez Ferrari, on s'inquiète du bon respect des budgets plafonnés cette saison

Chez Ferrari, on s'inquiète du bon respect des budgets plafonnés cette saison

Actualités F1

Chez Ferrari, on s'inquiète du bon respect des budgets plafonnés cette saison

Chez Ferrari, on s'inquiète du bon respect des budgets plafonnés cette saison

La limitation des dépenses imposée aux équipes pourrait constituer un frein au développement des machines, au cours d'une année marquée par l'introduction d'une nouvelle réglementation technique.

Si la F1 a opéré sa révolution technique cette saison, avec notamment le retour de l'effet de sol et des jantes portées à une dimension de 18 pouces, sa révolution financière remonte quant à elle à l'an dernier avec la mise en place de budgets plafonnés pour les équipes.

Chacune d'entre elles ne doit en effet pas dépasser cette saison les 140 millions de dollars, l'équivalent de 125 millions d'euros. Une frugalité imposée aux équipes dans le but d'améliorer leur efficience, tout en limitant les risques de faillite.

L'idée sous-jacente est également d'empêcher les grosses cylindrées de se lancer dans une course à l'armement en matière de développement dans laquelle les plus petites structures seraient forcément perdantes.

Le plafond budgétaire est-il déjà caduc ?Lire plus

Plus facile à dire qu'à faire cependant, car si l'an dernier la technologie en place avait atteint une certaine forme de maturité, limitant les innovations d'envergure, la nouvelle réglementation technique applicable en 2022 a rouvert le champ des possibles pour les ingénieurs.

Ces derniers vont en effet chercher à tout prix à exploiter la nouvelle réglementation au maximum, et ce de manière empirique au cours de la saison, ce qui n'est pas sans susciter certaines inquiétudes. Mattia Binotto, le patron de l'écurie Ferrari, se veut par exemple méfiant quant au respect des limitations de budgets compte tenu des enjeux : "Le budget plafonné va influencer le rythme des développements", estime l'Italien. "Je pense que nous avons là un élément clé, et mon inquiétude tient au fait d'avoir une bonne réglementation autour de cela, car il pourrait bien s'agir de quelque chose de déterminant dans la course au développement."

La nécessité du contrôle

Le patron de la F1, Stefano Domenicali, avait d'ailleurs souligné récemment que la notion de contrôle était primordiale afin d'assurer la viabilité du système : "La chose la plus importante dont il faut s'assurer, c'est le contrôle, car si ceux qui sont en charge de la surveillance passent à côté de quelque chose, c'est le système tout entier qui s'effondre", avait-il alors prévenu. "Il ne faut pas simplement vérifier l'aspect technique, mais il faut également un contrôle financier."

Si ceux qui sont en charge de la surveillance passent à côté de quelque chose, c'est le système tout entier qui s'effondreStefano Domenicali

Pour le patron de l'équipe Red Bull Racing, Christian Horner, les budgets plafonnés s'ils sont respectés pourraient mener à une nouvelle forme de stratégie entre les équipes, qui devront déterminer le moment le plus approprié pour introduire des nouveautés techniques tout en s'assurant de rester dans le cadre financier imposé. "Je pense que pour ainsi dire toutes les équipes sont à la limite cette année", souligne ainsi l'Anglais. "Il va falloir faire preuve de stratégie dans l'allocation des ressources financières ainsi que dans les développements. Au lieu de rouler aussi vite que vous le pouvez et d'extraire le maximum de performance de la voiture possible, il va falloir être bien plus sélectif dans les choix, en fonction des coûts engendrés par ceux-ci. Tout cela devrait nous amener à être plus efficient."

Une efficience d'autant plus bienvenue avec l'inflation élevée qui sévit actuellement, qui plus est aggravée par la guerre russo-ukrainienne.

Ontdek het op Google Play