Welcome to GPFans

CHOOSE YOUR COUNTRY

  • NL
  • GB
  • FR
  • ES-MX
  • FR
La F1 "n'est pas aveugle" aux problèmes saoudiens mais le changement ne se fera pas "en un clin d'œil"

La F1 "n'est pas aveugle" aux problèmes saoudiens mais le changement ne se fera pas "en un clin d'œil"

Actualités F1

La F1 "n'est pas aveugle" aux problèmes saoudiens mais le changement ne se fera pas "en un clin d'œil"

La F1 "n'est pas aveugle" aux problèmes saoudiens mais le changement ne se fera pas "en un clin d'œil"

Le PDG de la F1, Stefano Domenicali, a insisté sur le fait que le sport n’était "pas aveugle" aux problèmes en Arabie saoudite, mais a répété que le changement dans le Royaume ne peut pas se faire en "un clin d’œil".

L’annonce de l’accord pour organiser des courses en Arabie saoudite a été critiquée en raison des violations historiques et continues des droits de l’homme dans le pays, Lewis Hamilton et Sebastian Vettel en particulier ayant fortement critiqué les lois LGBTQ+ en décembre dernier.

Verstappen - La F1 et les pilotes discuteront de l'avenir du Grand Prix d'Arabie saouditeLire plus

À l’époque, le septuple champion du monde avait laissé entendre qu’il n’était pas à l’aise sur le fait de se rendre en Arabie Saoudite.

Les inquiétudes ont grandi avant le Grand Prix de cette année avec plus de 100 personnes déjà tuées dans le cadre d’exécutions massives, le 12 mars ayant à lui seul fait 81 morts.

Lors des premiers essais libres tenus sur le circuit de la corniche de Djeddah, de la fumée noire et des flammes ont pu être vues au loin à la suite d’une explosion dans une raffinerie de pétrole voisine qui s’est avérée plus tard être une attaque au missile revendiquée par les Houthis yéménites.

De longues discussions ont eu lieu sur la poursuite de la course avant que des assurances ne soient données par les autorités saoudiennes avant la course de samedi.

Quant à savoir s’il y avait maintenant d’autres points d’interrogation sur l’avenir du Grand Prix d’Arabie saoudite, Domenicali a déclaré : "Ce n’est pas une question de points d’interrogation, c’est une question de compréhension de la situation."

"Nous ne sommes pas aveugles, mais nous ne devons pas oublier une chose : ce pays et le sport font un pas en avant massif. Vous ne pouvez pas prétendre changer une culture de plus d’un millénaire en un clin d’œil."

"On se rend compte des ressources qu’ils mettent en place pour aller de l’avant. Il ne faut pas oublier qu’il y a quelques années, les femmes ne pouvaient pas conduire, et elles sont ici sur la grille, encourageant et assistant à l'événement. Le pays a su changer beaucoup de lois afin que cela puisse se produire. Nous devons en tenir compte."

Malgré l’espoir que les choses s'améliorent, l’ancien directeur de l’équipe Ferrari est catégorique : "les choses doivent être améliorées" tout en révélant qu’il y a "des tensions à l’intérieur."

"Nous ne voulons pas faire de politique là-dessus", a-t-il ajouté.

"Mais je crois que nous jouons un rôle très important dans la modernisation de ce pays. Nous nous concentrons pour nous assurer qu’il est au centre de notre programme."

Ontdek het op Google Play