Welcome to GPFans

CHOOSE YOUR COUNTRY

  • NL
  • GB
  • FR
  • ES-MX
  • FR
Selon Horner, Leclerc et Verstappen ont joué au jeu du chat et de la souris avec le DRS

Selon Horner, Leclerc et Verstappen ont joué au jeu du chat et de la souris avec le DRS

Actualités F1

Selon Horner, Leclerc et Verstappen ont joué au jeu du chat et de la souris avec le DRS

Selon Horner, Leclerc et Verstappen ont joué au jeu du chat et de la souris avec le DRS

Christian Horner, directeur de l'équipe Red Bull, a demandé à la F1 de revoir le placement de la ligne de détection du DRS en Arabie saoudite. En effet, lors de la course, Charles Leclerc et Max Verstappen ont dû ruser pour pouvoir en bénéficier.

Alors que Max Verstappen traquait Charles Leclerc dans les derniers tours du Grand Prix d'Arabie saoudite, il est devenu de plus en plus important pour chaque pilote d'obtenir l'avantage DRS avant la ligne droite des stands.

Comme nous avions pu le voir l'année dernière lors de la lutte opposant Max Verstappen à Lewis Hamilton, les leaders de la course ont fortement freiné avant la ligne de détection du DRS. Les deux protagonistes voulant passer cette ligne en second afin de pouvoir déployer le DRS à la sortie du dernier virage.

"Le DRS est si puissant que les deux pilotes ont joué au jeu du chat et de la souris. Ils freinaient de sorte à franchir cette ligne en second", a expliqué Christian Horner.

"Je pense que nous devrions peut-être regarder où se trouve la détection DRS pour les années à venir parce qu’il faut définitivement éviter de vous retrouver dans cette situation."

Si cette année Max Verstappen et Charles Leclerc s’en sont plutôt bien sortis, Lewis Hamilton et le futur champion du monde, c’étaient eux percutés.

Christian Horner salue la maturité de Max Verstappen

Max Verstappen a dû rester patient pendant la première partie de la course. Ce n’est qu’après avoir chaussé les pneus durs, que le pilote néerlandais a fait la différence en se plaçant dans les rétroviseurs de Charles Leclerc.

Marko : Il est préférable de se battre avec Ferrari plutôt qu'avec MercedesLire plus

"Je pense que c'était un pilotage très mature de la part de Max", a ajouté Christian Horner. "Il a su économiser ses pneus pendant la course, afin de pouvoir aller se battre et dépasser Charles Leclerc dans les derniers tours. Il y a eu un peu de jeu du chat et de la souris avec le DRS et quand il a su où se placer, le dépassement était devenu inévitable."

Le Hollandais s’est montré discret jusque dans les ultimes tours du Grand Prix, profitant de la vitesse de pointe de la Red Bull, pour dépasser Charles Leclerc à quatre tours de l’abaissement du drapeau à damier.

Ontdek het op Google Play