Welcome to GPFans

CHOOSE YOUR COUNTRY

  • NL
  • GB
  • FR
  • ES-MX
  • FR
La F1 révèle les raisons pour lesquelles le GP d'Arabie saoudite se poursuit

La F1 révèle les raisons pour lesquelles le GP d'Arabie saoudite se poursuit

Actualités F1

La F1 révèle les raisons pour lesquelles le GP d'Arabie saoudite se poursuit

La F1 révèle les raisons pour lesquelles le GP d'Arabie saoudite se poursuit

La F1 et la FIA ont confirmé que le Grand Prix d'Arabie Saoudite se poursuivra malgré l'attaque terroriste sur Djeddah vendredi.

La décision fait suite à la résistance initiale des pilotes, qui se sont réunis durant 4h30 jusqu'aux petites heures de la nuit.

Une déclaration conjointe de l'instance dirigeante de la F1 et des détenteurs des droits commerciaux du sport explique : "La Formule 1 et la FIA peuvent confirmer qu'à la suite de discussions avec toutes les équipes et tous les pilotes, le Grand Prix d'Arabie Saoudite de Formule 1 2022 se poursuivra comme prévu."

"À la suite des faits qui se sont produits à Djeddah vendredi, il y a eu de longues discussions entre toutes les parties prenantes, les autorités gouvernementales saoudiennes et les agences de sécurité qui ont fourni des garanties complètes et détaillées confirmant que l'événement est sécurisé."

"Il a été convenu avec toutes les parties prenantes de maintenir un dialogue clair et ouvert tout au long du week-end à venir."

L'attaque du groupe d'activistes politiques yéménites Houthis a eu lieu vendredi à 11 km du Djeddah Corniche Circuit, visant une raffinerie de pétrole Aramco.

Il s'agissait de la deuxième frappe en cinq jours sur ces lieux alors que l'on sait que d'autres ont été contrecarrées par les défenses aériennes saoudiennes.

Hill : La Formule 1 "joue avec le feu" en Arabie SaouditeLire plus

Alors que le feu faisait rage et que la fumée s'élevait dans les airs après les premiers essais libres, des réunions ont eu lieu, à la suite desquelles le PDG de la F1, Stefano Domenicali, et le président de la FIA, Mohammed Ben Sulayem, ont déclaré que le circuit était sûr et que les autorités saoudiennes le garantissaient.

Mais après la deuxième séance d'essais, le briefing habituel des pilotes ayant lieu le vendredi soir a pris une tournure différente, loin des problèmes de sécurité en piste. Il s'est orienté vers la question de savoir s'ils devaient continuer à courir ou non.

La résistance d'une partie des pilotes au moins a conduit Domenicali et le directeur général de la F1, Ross Brawn, à se joindre aux discussions.

Après deux heures et demie, les directeurs d'équipe se sont invités eux aussi à la réunion, le principal sujet de discussion étant compris comme les ramifications d'un boycott.

Il a été rapporté que les pilotes ont été contraints de concourir, sans quoi la F1 aurait bien du mal à quitter le pays.

Les directeurs d'équipe ont eu de nouvelles discussions avec Domenicali, le groupe étant ensuite rejoint par le représentant du GPDA (l'association des pilotes), George Russell.

À 2h30 heure locale [0h30 en France], alors que la réunion se concluait enfin, certains patrons d'écurie confirmaient aux médias que le week-end de course allait bel et bien se poursuivre.

Le sentiment de malaise est palpable à Djeddah, où d'autres rebondissements pourraient encore avoir lieu ce samedi en coulisse...

Ontdek het op Google Play