Welcome to GPFans

CHOOSE YOUR COUNTRY

  • NL
  • GB
  • FR
  • ES-MX
  • FR
Plus facile de dépasser en 2022 ? Voici ce qu'en pensent les pilotes

Plus facile de dépasser en 2022 ? Voici ce qu'en pensent les pilotes

Actualités F1

Plus facile de dépasser en 2022 ? Voici ce qu'en pensent les pilotes

Plus facile de dépasser en 2022 ? Voici ce qu'en pensent les pilotes

La nouvelle règlementation de la F1 sera-t-elle efficace ?

La question est d'ores et déjà sur toutes les lèvres, à l'heure où la F1 croise les doigts pour que les effets tant attendus se révèlent au grand jour.

Concrètement, le nouveau règlement, qui replace l'effet de sol au centre des débats, vise à améliorer la possibilité de suivre, rattraper et dépasser un concurrent en réduisant fortement l'air "sale" qui perturbe tant les monoplaces.

C'est à Barcelone que les premiers constats ont pu être dressés par les pilotes, puisqu'ils ont pris pour la première fois la piste à bord de leurs nouvelles montures.

Alors, le grand objectif du nouveau règlement va-t-il être atteint ? La réponse définitive ne viendra sans doute qu'en course à Bahreïn, à l'occasion de la première manche du championnat. Les pilotes rencontreront alors les conditions de course et utiliseront le DRS en attaquant, ce qui démontrera le degré d'efficacité des effets tant désirés.

Verstappen et Red Bull : 4 ou 5 ans de contrat à venir et un salaire doublé !Lire plus

Toutefois, les premiers indices de réponse semblent positifs. Max Verstappen a rapidement réagi à Barcelone : "En effet, ça a l'air d'être plus facile de rester derrière. Nous ne subissons pas cette étrange perte d'appui avec beaucoup de sous-virage ou de survirage."

"Je ne m'attends pas à ce que cela disparaisse définitivement et que l'on puisse être dans le diffuseur [de l'adversaire] car les F1 sont trop rapides, mais on dirait que c'est davantage sous contrôle", avait poursuivi le champion du monde en titre.

George Russell s'est montré quelque peu moins optimiste au moment d'expliquer qu'en ligne droite, le phénomène d'aspiration semble réduit en comparaison aux anciennes monoplaces.

Entre les deux, Charles Leclerc a détaillé ce qu'il a observé : "On peut suivre la voiture de devant assez facilement lorsqu'on se trouve entre trois et une seconde derrière", a commenté le pilote Ferrari.

Hamilton : la "finesse" maximisera le potentiel des nouvelles voituresLire plus

"Entre une seconde et cinq dixièmes, la différence a l'air mince entre ce que je vivais l'an dernier et ce qui se passe aujourd'hui. Mais en-dessous de cinq dixièmes, c'est bien mieux ! C'est donc intéressant, cela me semble prometteur."

Si l'on en croit le pilote monégasque, il serait donc plus facile de suivre, puis plus difficile en se rapprochant... mais soudainement bien plus simple en étant très proche ! Affaire à suivre dès Bahreïn...

Ontdek het op Google Play