Welcome to GPFans

CHOOSE YOUR COUNTRY

  • NL
  • GB
  • FR
  • ES-MX
  • FR
Mercedes se méfie des innovations radicales qui pourraient renverser l'ordre établi

Mercedes se méfie des innovations radicales qui pourraient renverser l'ordre établi

Actualités F1

Mercedes se méfie des innovations radicales qui pourraient renverser l'ordre établi

Mercedes se méfie des innovations radicales qui pourraient renverser l'ordre établi

Le patron de l’équipe Mercedes, Toto Wolff, reconnaît que lui et ses troupes sont inquiets des possibles innovations que pourraient introduire leurs adversaires et renverser la hiérarchie établie.

La F1 vient enfin d’entrer dans le vif du sujet ce mercredi 23 février avec la première journée d’essais à Barcelone. L’occasion de voir rouler pour la première fois les nouvelles voitures répondant à la toute nouvelle réglementation technique, cette dernière qui pourrait bien créer des surprises en bouleversant l’ordre établi depuis maintenant plusieurs saisons dans la catégorie reine.

Entre autres nouveautés d’envergure, on peut citer par exemple une allocation du temps passé en soufflerie dépendant de la position au championnat de l’équipe considérée. La conception des nouvelles F1, réalisée en 2021, s’est pour l'instant basée sur un temps de soufflerie dépendant du classement au championnat 2020, ce qui peut mener à certains décalages avec par exemple plus de latitude accordée à Ferrari par rapport à McLaren sur le plan aérodynamique alors que l’équipe italienne a bien fini devant sa rivale anglaise l’an dernier.

La double peine pour Mercedes ?

Ce nouveau point de règlement pourrait jouer un grand rôle en ce qui concerne Mercedes, qui va subir une double peine. En effet la marque allemande, qui a dû défendre ses chances jusqu’au bout du championnat 2021 face à Red Bull (remportant au final le titre chez les constructeurs mais cédant pour la première fois depuis 2013 les lauriers chez les pilotes, en l’espèce à Max Verstappen), a concentré tous ses efforts sur le développement de sa voiture de l’an dernier, et ne s’est finalement tournée vers l’élaboration de son modèle 2022 que tardivement. Cela ajouté à sa deuxième place finale du précédent exercice, réduisant donc son temps consacré en soufflerie en vue de la nouvelle saison par rapport à ses concurrentes, pourrait ainsi pénaliser les flèches d’argent cette année en termes de performances.

« La possibilité de dédier plus de temps au travail en soufflerie est bien sûr quelque chose qu’il faut garder à l’esprit », souligne ainsi le patron de l’équipe Mercedes, Toto Wolff. « La différence entre finir sixième ou premier ne tient qu’à quelques dixièmes de seconde, qu’il faut être en mesure de rattraper. Nous avons fait partie de la rédaction de cette réglementation. C’est une bonne chose de créer plus de compétition, et nous devrions voir rapidement où est-ce que tout le monde se situe par rapport aux autres. »

« En ce qui me concerne, je n’exclue aucune équipe des avant-postes. Tout le monde peut figurer en haut de l’affiche en début de saison. Il y a d’ailleurs un précédent, c’était en 2009 avec l’histoire du double diffuseur. Si une équipe fait preuve de suffisamment d’ingéniosité et découvre des opportunités techniques qui peuvent changer la donne, alors il faut partir du principe que tout le monde peut se retrouver aux avant-postes lors des premières courses. »

Tout le monde peut figurer en haut de l'affiche en haut de saison. Il y a d'ailleurs un précédent, c'était en 2009 avec l'histoire du double diffuseurToto Wolff

Mercedes à l'heure selon Wolff

Sur la question de l’impact de la rude bataille pour le titre l’an dernier sur le développement de la nouvelle Mercedes, la W13, Wolff s’est voulu rassurant, insistant sur le fait « qu’il n’y avait pas de problèmes majeurs » mais que l’équipe « n’allait pas pour autant se reposer sur ses lauriers ».

« Depuis le début de la saison 2021 nous avons un plan précis en tête, un plan bien détaillé je dirais, pour déterminer précisément jusqu’où nous pouvions nous permettre de mener le développement de la W12, peu importe le déroulement du championnat », reprend le responsable autrichien. « Nous avons suivi ce plan et le timing qui allait avec, et tout se passe bien pour l’instant. Nous avons lancé notre nouvelle voiture pour la première fois en décembre. Nous n’avons jamais lancé de voiture aussi tôt. Cela ne représente toutefois pas une garantie de succès. Nous devons simplement continuer de travailler et voir si elle répond bien aux attentes durant les tests, à Barcelone puis à Bahreïn où les conditions de piste seront plus représentatives. L’ensemble est pour le moment encourageant, mais il ne faut rien tenir pour acquis. »

Ontdek het op Google Play