Welcome to GPFans

CHOOSE YOUR COUNTRY

  • NL
  • GB
  • FR
  • ES-MX
  • FR
Ferrari est resté "uni" après avoir touché le fond
WK2022
Le Hungaroring va subir des modifications pour conserver sa place au calendrier
Russell déjà en préparation sur la nouvelle Mercedes
La F1 fournit une mise à jour détaillée sur ses objectifs de durabilité
Di Montezemolo : Ferrari, "une entreprise sans dirigeant"
L'Aston Martin 2023 sera "très différente" de l'AMR22
Sainz : "J'ai dû copier beaucoup de choses" de Leclerc
Helmut Marko "ne voit pas" Perez rivaliser avec Verstappen en 2023
Romain Grosjean : cap sur le WEC et Le Mans en 2024 avec Lamborghini
Ocon "certain" que Mick Schumacher reviendra en F1
Marko : Hamilton est à la "moitié du niveau" de Verstappen
Insolite : Bottas amorce sa transformation capillaire
Piastri évoque les différences de puissance entre Mercedes et Renault
Steiner : le moteur Ferrari 2023, "c'est de la bombe"
Webber : l'arrivée de Hülkenberg donne "une mauvaise image" des jeunes aspirants à la F1
Ferrari est resté "uni" après avoir touché le fond

Ferrari est resté "uni" après avoir touché le fond

Actualités F1

Ferrari est resté "uni" après avoir touché le fond

Ferrari est resté "uni" après avoir touché le fond

Le directeur sportif de Ferrari, Laurent Mekies, assure que son équipe est plus unie que jamais après avoir « touché le fond », alors que se profile la nouvelle saison.

La Formule 1 est sur le point d’entrer dans une nouvelle ère cette année avec l’importante refonte de la réglementation technique, qui devrait déboucher sur une compétition plus serrée et augmenter les possibilités de dépassement du fait de changements majeurs prévus au niveau de l’aérodynamique.

Dans ces conditions, nul doute que toutes les équipes vont tenter de tirer profit des nouvelles règles pour prendre la main, un phénomène qui devrait insuffler une « énergie positive » à Ferrari selon Laurent Mekies. Rappelons que la Scuderia part de loin, étant donné qu’elle n’avait fini qu’à la sixième place du championnat des constructeurs en 2020, soit son plus mauvais résultat des quatre dernières décennies. Mais un premier rebond a déjà été observé l’an dernier avec une troisième place prometteuse.

« Nous avons la sensation qu’en tant que groupe humain, après avoir traversé une période aussi difficile lors de laquelle nous sommes restés malgré tout unis, ce qui soit dit en passant n’était pas gagné, nous avons pu mettre toutes nos difficultés de côté pour entamer notre remontée », a ainsi déclaré l’ingénieur français lors d’une interview à la fin de saison dernière.

« C’est le sentiment que nous avons. L’énergie positive provient du fait que le groupe est resté soudé, et ce dans les pires conditions possibles. Ce groupe, en dépit des limitations et de la réglementation, a réussi à rattraper un peu du terrain perdu. Nous n’en sommes pas pour autant satisfaits, mais nous pensons simplement que si nous poursuivons dans cette direction, nous devrions regagner la place qui devrait être la nôtre. A présent, la vraie question est de savoir quel va être le réel niveau de compétitivité de la nouvelle voiture que nous allons produire, et par conséquent, si nous allons parvenir à poursuivre sur notre lancée de l’année dernière. »

Un retour au sommet loin d’être gagné pour Ferrari

Malgré les enjeux, Mekies n’appréhende pas outre-mesure la saison 2022, même s’il reconnaît que la concurrence devrait être relevée. « C’est le but du jeu, non ? Je ne pense pas qu’on puisse parler d’appréhension dans le sens de craindre quelque chose. Nous savons pourquoi nous sommes là », a ajouté le Français.

« En tant que personne, il est évident qu’il y a de l’excitation car nous voulons voir où vous allez vous situer, car nous travaillons depuis de nombreux mois sur ce projet et maintenant nous voulons obtenir des résultats. Nous sommes des compétiteurs. Nous voulons tous gagner. Personne ne peut être content de finir à la troisième place, et effectivement en tant que personne nous avons cette envie de voir ce que ça va donner. Mais est-ce pour autant de l’appréhension ? Non, car comme je l’ai dit nous sommes des compétiteurs avant tout. Nous sommes conscients de la valeur de l’opposition, et par conséquent personne ici ne pense que ça va être facile de rattraper le terrain perdu et parvenir à retrouver notre époque glorieuse. »

Ontdek het op Google Play