Welcome to GPFans

CHOOSE YOUR COUNTRY

  • NL
  • GB
  • FR
  • ES-MX
  • FR
Albon finalement autorisé à arborer le drapeau thaïlandais

Albon finalement autorisé à arborer le drapeau thaïlandais

Actualités F1

Albon finalement autorisé à arborer le drapeau thaïlandais

Albon finalement autorisé à arborer le drapeau thaïlandais

Alexander Albon pourra finalement défendre les couleurs de la Thaïlande, après une levée des sanctions de l’agence mondiale antidopage (AMA) envers le pays. Thaïlandais par sa mère, Britannique par son père (ancien pilote de tourisme), Alexander Albon dispose de la double nationalité mais c’est bien le drapeau thaïlandais qu’il a choisi de porter en course.

Troisième au Grand Prix de Toscane au Mugello en 2020 avec Red Bull (une performance qu’il allait répéter en fin de saison au Grand Prix de Bahreïn), il fut le premier à faire se lever les couleurs de la Thaïlande sur un podium en F1. Bien avant lui, Birabongse Bhanudej, plus connu sous le nom de « Prince Bira » (car ancien membre de la famille royale thaïlandaise) avait fait briller les couleurs de son pays dans la catégorie reine durant six saisons dans les années 50, avec notamment deux quatrièmes places au volant de Maserati.

Mais Albon, qui s’apprête à effectuer son retour en F1 chez Williams en 2022 après une année de transition en DTM sur Ferrari, a bien failli ne pas pouvoir arborer le drapeau thaïlandais sur sa monoplace pour la saison à venir.

Des sanctions levées En course, la mise en place en octobre dernier de sanctions de la part de l’agence mondiale antidopage (AMA) envers la Thaïlande, pour non-conformité au code mondial antidopage, des sanctions qui avaient à l’époque également frappé l’Indonésie avec une entrée en vigueur le 7 octobre dernier. Une décision qui venait sanctionner des défauts de procédure en matière de contrôle de la part des deux nations asiatiques.

Toutefois, dans un récent communiqué diffusé au début du mois, l’AMA a annoncé que « Suite à un vote par correspondance de son Comité exécutif, l’Agence mondiale antidopage (AMA) a retiré, avec effet immédiat, les organisations antidopages (ONAD) de l’Indonésie et de la Thaïlande de la liste des signataires non conformes au Code mondial antidopage ».

Cette levée de sanction ne concerne pas la Russie, exclue par l’AMA pour deux ans (et donc en 2022 encore) de toute compétition internationale. Par conséquent, Nikita Mazepin ne pourra toujours pas afficher les couleurs de son pays, le pilote Haas représentant encore officiellement la Fédération Automobile de Russie.

Ontdek het op Google Play