Welcome to GPFans

CHOOSE YOUR COUNTRY

  • NL
  • GB
  • FR
  • ES-MX
  • FR
Abiteboul : Renault a 'sous-estimé' le V6 et son retour en F1

Abiteboul : Renault a 'sous-estimé' le V6 et son retour en F1

Actualités F1

Abiteboul : Renault a 'sous-estimé' le V6 et son retour en F1

Abiteboul : Renault a 'sous-estimé' le V6 et son retour en F1

Selon le directeur Cyril Abiteboul, Renault a "sous-estimé" le budget nécessaire lors de son retour en Formule 1 en tant qu'écurie en 2016 et les enjeux que représentaient le passage au moteur V6 turbo hybride en 2014.

Lorsque Renault est revenu pour la première fois en Formule 1 en tant que constructeur, en 2002, il aura fallu quatre saisons au Français pour remporter la couronne mondiale. Mais quatre ans après son second come-back dans la discipline, le constat est loin d'être le même : aucune pole, aucun podium, aucune victoire.

Cette saison, l'écurie régresse en ne réussissant pas à s'imposer dans le milieu de tableau malgré une campagne 2018 pleine de promesses. Selon Cyril Abiteboul, le losange paye au prix fort le manque de financement lors de sa première saison en catégorie reine [2016, ndlr].

"Nous étions partis pour dépenser 15% de moins que Mercedes, mais c'était Mercedes en 2015", rapporte le directeur français dans le dernier numéro de F1 Racing. "Si vous regardez ce que [Mercedes] dépense désormais, nous sommes plutôt 30% à 40% en dessous. C'est ce qui a été sous-estimé."

Renault et la Formule 1 en 7 datesLire plus

Abiteboul revoit également ses ambitions à la baisse. Lors de son retour, le losange avait annoncé jouer le titre à l'horizon 2020, soit au bout de cinq ans. Le rachat tardif de Lotus, fin 2015, a poussé Renault à ajouter une saison supplémentaire à cet objectif.

"Il y a aussi le temps : nous avons dit cinq ans à partir de 2015, et c'est une excuse facile, mais nous ne pensions pas que la décision [de racheter Lotus] serait prise en décembre 2015", déplore le Français.

"Je pense donc qu'il n'est pas stupide de dire que c'est devenu un plan sur six ans, et cela signifie que nous serions capables de nous battre pour le titre en 2021. Je reste fidèle à cet échéancier mais je dois accepter le fait que les étapes intermédiaires ont été plus dures que ce à quoi je m'attendais."

En plus d'un manque de budget, Abiteboul considère que le constructeur français a mal évalué les enjeux que représentaient le passage au moteur V6 turbo hybride en 2014. Cette saison, les quatre clients de Renault (Red Bull, Lotus, Toro Rosso et Caterham) avaient dû gérer de nombreuses pannes accompagnées d'un cruel manque de puissance face au V6 Mercedes.

"Début 2014, les erreurs se sont enchaînées", reconnaît Abiteboul, directeur de Caterham en 2014, pour Formule1.nl. "J’étais moi-même un client Renault et je peux vous dire qu’ils étaient vraiment en retrait sur le plan de la compréhension du concept et du développement de ce moteur."

"[Renault] n'a pas investi assez ni engagé les bonnes personnes. Ils étaient tellement obnubilés par le V8 qu’ils en ont simplement oublié l’avenir. C’était une grosse erreur."

Depuis son retour, en 2018, les meilleurs résultats de Renault en course sont deux cinquième places, acquises par Carlos Sainz lors du Grand Prix d'Azerbaïdjan 2018 et Nico Hülkenberg lors du Grand Prix d'Allemagne 2018.

Ontdek het op Google Play