Welcome to GPFans

CHOOSE YOUR COUNTRY

  • NL
  • GB
  • FR
  • ES-MX
  • FR
22 Grands Prix l'an prochain ? Le vote des équipes va en décider

22 Grands Prix l'an prochain ? Le vote des équipes va en décider

Actualités F1

22 Grands Prix l'an prochain ? Le vote des équipes va en décider

22 Grands Prix l'an prochain ? Le vote des équipes va en décider

Y aura-t-il 21 ou 22 courses inscrites au calendrier 2020 ? Cela dépend désormais des écuries de Formule 1.

Au printemps prochain, les Grands Prix du Vietnam (Hanoï) et des Pays-Bas (Zandvoort) viendront renforcer un calendrier F1 de plus en plus éclectique. Et puisque le Grand Prix d'Allemagne (Hockenheim) devrait être le seul à disparaître, Liberty Media aimerait officialiser un programme de 22 courses, ce qui constituerait un nouveau record.

Pour cela, il faut encore que les contrats italien (Monza), espagnol (Barcelone) et mexicain (Mexico) soient rendus officiels, mais cela ne semble plus poser trop de doute. Pour preuve, les langues se délient et le patron de la Formule 1 est lui-même intervenu auprès des équipes afin de défendre son projet de calendrier à 22 Grands Prix.

La F1 devrait bientôt confirmer un calendrier record de 22 Grands Prix, mais...Lire plus

Car le souci est de taille, comme nous vous le rapportions déjà plus tôt cette semaine : l'allocation moteurs actuelle est prévue pour 21 épreuves, et non pour 22. Or, les équipes clientes refusent logiquement de payer plus cher pour obtenir une quatrième unité de puissance, à l'heure où les discussions autour de 2021 évoquent des réductions budgétaires et même des plafonds financiers.

C'est ainsi que Chase Carey, le PDG de Liberty Media et de la Formule 1, a tenté de proposer l'une ou l'autre compensation aux écuries, en échange d'un vote favorable à un calendrier élargi.

Le dirigeant américain souhaite qu'il soit possible de disputer 22 courses avec seulement trois unités de puissance - ce que ne prévoit pas le règlement actuel, qui imposerait l'utilisation d'un quatrième moteur. Il propose donc de modifier la règle, et de réduire également les coûts liés aux essais hivernaux en les réduisant de quatre à trois jours, pour les deux périodes prévues.

Les équipes auront ainsi vraisemblablement le dernier mot concernant l'élargissement ou non du calendrier 2020. Car si la FOM n'a pas besoin de l'unanimité des votes des écuries pour ajouter une course au programme, elle est en revanche obligée de l'obtenir - aval de la FIA compris - pour modifier le règlement sportif, et donc le nombre d'unités de puissance utilisé.

Ontdek het op Google Play