fb

Welcome to GPFans

CHOOSE YOUR COUNTRY

  • NL
  • GB
  • FR
'Il fallait choisir ce que l'on pouvait filmer', la FOM répond aux critiques

'Il fallait choisir ce que l'on pouvait filmer', la FOM répond aux critiques

Actualités


'Il fallait choisir ce que l'on pouvait filmer', la FOM répond aux critiques

'Il fallait choisir ce que l'on pouvait filmer', la FOM répond aux critiques

Vivement critiquée, la réalisation télévisée de la Formule 1 revient sur sa diffusion polémique du Grand Prix d'Italie.

Cela fait plusieurs courses que la réalisation TV de la Formule 1 est au cœur de nombreuses critiques de la part des fans. Ainsi, la remontée de Max Verstappen, parti dernier et arrivé huitième, est passée au second plan, les caméras étant tournées sur le duel entre Charles Leclerc et les flèches d'argent de Valtteri Bottas et Lewis Hamilton.

Selon Dean Locke, responsable de la FOM pour la diffusion et les médias, il s'agissait avant tout d'une question de choix.

"Monza est délicat en raison de la première chicane. Au premier tour, la grille y arrive très rapidement. Cette année, nous avons eu une bonne bataille à l’avant, qui a impliqué trois voitures [Leclerc, Hamilton, Bottas, ndlr]. À l’inverse, à l’arrière du peloton, il y avait quelqu'un de très rapide, Max Verstappen, et il fallait choisir ce que l'on pouvait filmer", s'explique Locke.

"Nous savions que des choses se passaient à l’arrière du peloton et que des gens arrivaient sur cette chicane. Mais si vous avez les deux voitures de tête qui sont côte à côte à l’avant, il faut filmer cette bataille et en rester là."

Les ralentis posent également problème. Ceux-ci sont diffusés en direct pendant la course et peuvent éclipser une action importante se déroulant au même moment en piste. Bien qu'une diffusion en mode fenêtré reste une possibilité, la FOM préfère prendre du recul face à ce système de diffusion.

"Ce qui fait la difficulté de la F1, c’est que nous n’avons pas de pauses naturelles. Ce n’est pas comme au tennis ou au cricket. Et donc il nous faut chercher une fenêtre avantageuse. Or à Monza, beaucoup de choses se passaient à l’avant durant les premiers tours, c’était difficile."

"Nous tendons à être prudents avec [le mode fenêtré] parce qu’il nous faut déjà montrer beaucoup d’informations à l’écran – les chronos, les graphiques - ce qui rend le tout très compliqué. C’est aussi difficile pour les commentateurs."

À Monza, les ralentis du départ de la course comportaient plusieurs bugs et les caméras sont passées totalement à côté du tête à queue de Sebastian Vettel quelques minutes plus tard. À la place, les spectateurs ont pu observer un plan sur les tifosi dans les gradins alors Vettel percutait la Racing Point de Lance Stroll.

Ontdek het op Google Play