fb

Welcome to GPFans

CHOOSE YOUR COUNTRY

  • NL
  • GB
  • FR
Bilan mi-saison : Renault, l'échec d'un modèle ?

Bilan mi-saison : Renault, l'échec d'un modèle ?

Actualités


Bilan mi-saison : Renault, l'échec d'un modèle ?

Bilan mi-saison : Renault, l'échec d'un modèle ?

La rédaction française de GPFans.com vous propose ses bilans de mi-saison.

RENAULT

Constructeurs
6e ; 39 points
Meilleur résultat : 6e, GP du Canada

Pilotes
Daniel Ricciardo : 11e ; 22 points (meilleur résultat : 6e, GP du Canada)
Nico Hülkenberg : 14e ; 17 points (meilleur résultat : 7e, GP d'Australie et du Canada)

L'avis d'Olivier Guillaume, rédacteur en chef :

Suite au conflit ouvert qui l'opposait depuis 2014 et le début de l'ère turbo-hybride à son ancien client, Red Bull, Renault avait logiquement décidé de racheter Lotus fin 2015 afin de disposer à nouveau de sa propre écurie et des avantages médiatico-publics qui sont liés. Mais, d'emblée, le Losange avait annoncé la couleur : pas question pour autant de dépenser des fortunes comme le font Mercedes et Ferrari.

Dès lors, l'écurie française avait sans doute eu les yeux plus gros que le ventre en annonçant ses objectifs 2019 : affirmer sa position de quatrième force du plateau et, surtout, se rapprocher des trois équipes de pointe. Aujourd'hui, Alain Prost, qui connait la discipline mieux que quiconque, admet lui-même que le règlement financier actuel de la F1 ne donne guère d'espoir à Renault, qui attend beaucoup des futurs plafonds budgétaires introduits en 2021.

Bilan mi-saison : Alfa Romeo, le grand écartLire plus

Mais si les finances d'Enstone et de Viry-Châtillon ne suffisent pas à viser la victoire pour l'instant, cela ne suffit guère à expliquer la catastrophique première partie de saison 2019 de l'équipe, qui a inscrit moins de la moitié des points obtenus en 2018 à pareille époque. La quatrième place, occupée qui plus est par son client moteur, McLaren, semble déjà devenue illusoire.

Ni Daniel Ricciardo, recruté en grande pompe il y a douze mois, ni Nico Hülkenberg ne sont parvenus à accrocher le moindre top 5 en course. Le bilan aurait pu être sauvé par l'Allemand à Hockenheim mais, alors qu'il avait l'occasion d'obtenir enfin son premier podium, il est sorti de la piste. Clairement, le châssis de la R.S.19 n'est pas à la hauteur. La seule éclaircie provient du moteur, dont McLaren souligne d'ailleurs les progrès flagrants. Mais même la sacro-sainte fiabilité est parfois aux abonnés absents...

L'avis d'Aurélien Attard, rédacteur :

Rien ne va plus au sein du Losange. Les joies de la quatrième place du classement Constructeurs en 2018 ont fait place aux moments de doute, et ce malgré le recrutement de Daniel Ricciardo.

L’Australien et son équipier Nico Hülkenberg ont été bien trop souvent victimes d’une fiabilité hasardeuse en course. L’Allemand a gâché une énorme opportunité de points en Allemagne : impardonnable lorsque l’on sait que chaque point compte pour les écuries du milieu de tableau.

Mais la paire de pilotes n’est pas le problème le plus important à résoudre pour le constructeur français : un meilleur châssis et une meilleure intégration du moteur V6 seront les clés pour retrouver les sommets en 2020.

Ontdek het op Google Play