fb

Welcome to GPFans

CHOOSE YOUR COUNTRY

  • NL
  • GB
  • FR
Podium '100% Red Bull' : Verstappen, Vettel et Kvyat félicitent Marko avec humour

Podium '100% Red Bull' : Verstappen, Vettel et Kvyat félicitent Marko avec humour

Actualités


Podium '100% Red Bull' : Verstappen, Vettel et Kvyat félicitent Marko avec humour

Podium '100% Red Bull' : Verstappen, Vettel et Kvyat félicitent Marko avec humour

La conférence de presse d'après-course fut particulière, à Hockenheim : l'ambiance y fut particulièrement détendue !

Dimanche dernier en Allemagne, le podium de la course a finalement mis à l'honneur trois pilotes issus de la filière Red Bull : Max Verstappen, Sebastian Vettel et Daniil Kvyat.

Lors de la conférence de presse d'après-course, nos trois compères ont ainsi été invités à évoquer leur actuel ou ancien mentor, Helmut Marko. Car si l'Autrichien est souvent décrit comme intransigeant, maladroit voire brutal, quelques uns de ses choix constituent aujourd'hui des valeurs sûres de la Formule 1.

"Il a un talent formidable pour repérer les jeunes pilotes très tôt et il est très dur oui, et très direct", a d'abord réagi Vettel, quadruple Champion du monde en compagnie de Red Bull (2010-2013).

"Mais vous pouvez apprendre à faire avec. Je suis très reconnaissant pour le soutien qu’il m’a apporté tout au long de ma carrière. Je suppose que c'est la même chose pour les deux gars qui sont à mes côtés [Verstappen et Kvyat]. J'ai beaucoup de souvenirs avec Helmut... Certains peuvent être partagés, mais pas tous... ! [...] Nous restons en contact, c’est un véritable ami pour moi désormais."

C'est alors que l'Allemand a lancé un sujet qui a immédiatement fait réagir ses deux jeunes collègues, et qui a donné une tournure particulière au point presse : "Il nous appelle régulièrement, moins dans mon cas aujourd’hui, mais je ne manque jamais ses appels à sept heures du matin !"

"J’ai pris l’habitude de me lever à sept heures du matin désormais, merci à lui !", a alors lancé Daniil Kvyat en souriant. "Moi, j’éteins mon téléphone et je l’allume après neuf heures, c’est mieux", a répondu Verstappen, provoquant de nombreux rires dans la salle.

"Il faut dire que je travaille avec lui presque chaque jour", a poursuivi le pilote néerlandais. "C'est lui qui a pris le pari de me placer chez Toro Rosso, alors que j'étais encore très jeune. Je suis toujours très jeune mais, à l'époque, je l'étais vraiment plus !"

"Tu n'es plus si jeune", a répondu Vettel, qui compte toujours parmi les premiers à faire preuve d'humour en conférence de presse. "Je vieillis ?" lui a répondu Verstappen. "Oui, tu deviens plus vieux", a rétorqué le leader de la Scuderia, avant que Kvyat n'ajoute : "C'est vrai, tu as l'air assez vieux !" "Déjà ? Je devrai prendre ma retraite dans environ cinq ans alors !" a réagi le #33. Et Vettel de conclure : "J'ai tout de même l'air plus vieux que vous deux..."

"Helmut est un vrai 'racer'", a repris Verstappen sur un ton plus sérieux. "Il analyse vraiment bien tout ce qui se passe, c’est impressionnant. [...] Il préfère quand vous lui dites honnêtement si vous avez commis une erreur, ou si quelque chose s’est mal passé, plutôt que d’inventer toute une histoire. J’ai grandi comme ça, parce que mon père était comme lui, peut-être pire encore. Il faut des gens comme ça dans l’équipe, et qui assument des responsabilités. Pour moi, il est toujours très important et oui, c’est formidable de l’avoir avec nous."

Kvyat a quant à lui évoqué un homme qui l'a engagé chez Toro Rosso puis chez Red Bull, avant de le rétrograder chez Toro Rosso, de le virer... et de le rappeler. Tout cela en à peine plus de quatre ans.

"Il a provoqué beaucoup de montagnes russes dans ma carrière", a-t-il confirmé. "Du coup, c'est une personne qui occupe une place particulière dans ma vie. Je dois et je veux vraiment le remercier, j'apprécie ce qu'il a fait pour moi, je suis ici grâce à lui."

"Je me souviens d'un jour où il m'a appelé, évidemment aux alentours de sept heures du matin. Je venais d'effectuer mon premier test sous la pluie dans une Formule BMW la veille, et j'étais à trois ou quatre secondes. Il m'a dit : 'Tu ne sers pas à grand-chose sous la pluie, toi.'"

Cela a bien changé depuis lors, puisque Marko a confié ne pas s'être étonné de la troisième place de son pilote à Hockenheim, en expliquant qu'il s'agissait de conditions qui lui étaient favorables...

Ontdek het op Google Play