fb

Welcome to GPFans

CHOOSE YOUR COUNTRY

  • NL
  • GB
  • FR
La presse italienne accuse la FIA d'être influencée par les fans de Verstappen

La presse italienne accuse la FIA d'être influencée par les fans de Verstappen

Actualités


La presse italienne accuse la FIA d'être influencée par les fans de Verstappen

La presse italienne accuse la FIA d'être influencée par les fans de Verstappen

Après avoir accablé la Scuderia, les médias transalpins reprennent leur rôle de défenseurs des rouges.

Un célèbre journaliste italien n'a pas hésité à accuser les commissaires de la FIA présents lors du Grand Prix d'Autriche de s'être laissé influencer par le nombre impressionnant de fans de Max Verstappen présents sur le Red Bull Ring, après que le Néerlandais a vu sa victoire confirmée malgré un dépassement litigieux sur la Ferrari de Charles Leclerc.

Il restait moins de trois tours à parcourir lorsque le pilote Red Bull a dépassé la Ferrari #16 de façon musclée, provoquant le contact et le petit détour de Leclerc en dehors des limites de la piste. L'enquête des commissaires sportifs a fini par déboucher sur la confirmation du succès de l'écurie autrichienne sur ses terres, malgré le désaccord clair et net du clan de Maranello.

Giorgio Terruzzi, correspondant du Corriere della Sera, estime que la marée orange présente à Spielberg a peut-être influencé la décision.

"Peut-être y avait-il trop de fans néerlandais présents, ou peut-être cela s'est-il passé de cette façon parce que la F1 était présente sur un circuit appartenant à Red Bull... Ou, qui sait, peut-être que quelque chose de mystérieux est en train de se produire entre la FIA et Ferrari", a-t-il déclaré, attisant ainsi les théories les plus inventives des tifosi.

Ferrari confirme son désaccord mais ne fera pas appelLire plus

La Gazzetta dello Sport, quant à elle, a écrit : "Attaque contre Ferrari. Après le Canada, Maranello est à nouveau désavantagé par les commissaires et la Formule 1 perd sa crédibilité."

"Les inquiétudes apparaissent, concernant le poids politique que Ferrari possède encore après le décès de Sergio Marchionne."

Le Corriere della Sera a abondé dans le même sens : "Il n’est pas facile d’accepter cette décision des commissaires sportifs. De toute évidence, les attaquants ont tous les droits tandis qu'ils [les commissaires] n'ont aucune pitié pour ceux qui défendent, comme Vettel au Canada et Leclerc en Autriche."

Ontdek het op Google Play