fb

Welcome to GPFans

CHOOSE YOUR COUNTRY

  • NL
  • GB
  • FR
Vettel : Je ne suis 'pas prêt' pour évoquer mon avenir en F1

Vettel : Je ne suis 'pas prêt' pour évoquer mon avenir en F1

Actualités


Vettel : Je ne suis 'pas prêt' pour évoquer mon avenir en F1

Vettel : Je ne suis 'pas prêt' pour évoquer mon avenir en F1

Que fera le pilote allemand au-delà de la saison 2020... ou 2019 ?

Sous contrat avec la Scuderia Ferrari jusqu'à la fin de la saison 2020, Sebastian Vettel a répété en arrivant au Canada, la semaine passée, qu'il était en mission pour l'écurie italienne et qu'il n'avait pas l'intention de s'arrêter à la fin de cette année, comme le suggéraient des rumeurs apparues dans le paddock de Monaco.

Mais, depuis lors, la pénalité qui lui a été infligée lors de la course à Montréal semble à nouveau l'avoir mis dans une position plus incertaine vis-à-vis de sa motivation à courir en Formule 1.

Lors de la conférence de presse d'après-course, l'Allemand a ainsi expliqué que la F1 actuelle n'était plus celle dont il était tombé amoureux durant sa jeunesse. Pire : son agacement et sa colère, vus et entendus juste après le Grand Prix, ont alors laissé place à un certain abattement. Vettel paraissait désabusé, blasé, et plus du tout fâché.

Vettel explique pourquoi il est finalement monté sur le podiumLire plus

Après avoir dénoncé un "sport d'avocats" l'obligeant à employer "le langage officiel", un journaliste l'a interrogé sur une possible remise en question de sa présence en Formule 1.

"Je ne sais pas", a répondu le pilote leader chez Ferrari. "Je ne suis pas prêt pour ce genre de question. Je pense juste que, de nos jours, nous nous penchons sur des choses que nous ne considérions pas par le passé, parce que personne n’en faisait une histoire. Maintenant, bien sûr, cela vaut le coup de faire des histoires pour tout, à cause de ce genre de décisions [la pénalité]."

"D'une certaine façon, j'ai de la sympathie pour les commissaires, qui sont pourtant assis devant une feuille de papier en regardant la course. Mais, écoutez, je pense que la manière avec laquelle nous agissons aujourd’hui n’est juste pas la bonne. Cela fait partie de notre époque, nous avons des règlements pour tout..."

"Je prends un exemple : quand on creuse un trou dans une rue pour y faire des travaux, il faut qu’il y ait un gars qui guide les piétons de l’autre côté de la rue, sinon, l'entreprise en charge du chantier se trouve en faute si quelqu'un tombe dans le trou. Mais, franchement, vous êtes juste un idiot si vous tombez dans ce trou. On vit dans ce monde-là. C'est pareil ici, sauf que nous disputons des courses... Ce sont donc deux approches qui s'éloignent de plus en plus."

Ontdek het op Google Play