fb

Welcome to GPFans

CHOOSE YOUR COUNTRY

  • NL
  • GB
  • FR
Haas recadre Magnussen, le Danois s'en défend

Haas recadre Magnussen, le Danois s'en défend

Actualités


Haas recadre Magnussen, le Danois s'en défend

Haas recadre Magnussen, le Danois s'en défend

Magnussen explique qu'il voulait se plaindre de ses pneus et rien d'autre, tandis qu'il a été sévèrement recadré par son directeur d'équipe.

Cela ne vous aura sans doute pas échappé : durant le Grand Prix du Canada dimanche dernier, une conversation radio pour le moins étonnante a été relayée par la réalisation de l'épreuve.

Alors que Kevin Magnussen, parti de la voie des stands après avoir crashé sa Haas en fin de Q2 le samedi, se plaignait depuis plusieurs tours, son directeur d'équipe Guenther Steiner n'a pas manqué de lui répondre assez sèchement.

Le pilote danois a déclaré qu'il était en train de vivre "la pire expérience jamais vécue dans une voiture de course" alors qu'il naviguait très loin derrière, ce qui n'a pas du tout été du goût de son dirigeant.

Steiner a alors décidé d'intervenir pour recadrer son pilote : "Kevin, personne dans l'équipe n'est en train de vivre une bonne expérience. C'est comme ça, ça suffit. Assez, c'est assez !"

Enguirlandé comme un gamin dans une cour d'école, Magnussen a ensuite expliqué qu'il ne voulait pas se plaindre de la voiture - qui avait été reconstruite après l'accident des qualifications -, mais bien des pneumatiques Pirelli que Haas ne parvient toujours pas à faire fonctionner.

"Oui, c’était le pire ressenti que j’ai jamais eu", a-t-il d'abord confirmé. "Car la voiture est très rapide, très bien conçue. Mais une fois que nous avons effectué quelques tours, plus rien ne fonctionne. C’est incroyablement frustrant, et c’est pareil pour toute l’équipe. Mon commentaire n’était pas une critique envers l’équipe, mais plutôt l'expression d’une énorme frustration, celle de ne rien pouvoir faire et d’être si lent dans une voiture si rapide."

Pourtant, la situation semblait s'être nettement améliorée à Barcelone ainsi qu'à Monaco, mais rien n'allait de nouveau plus à Montréal. Magnussen s'interroge à présent quant au fait que la situation puisse ou non s'améliorer rapidement : "Je ne sais pas. Quand vous parvenez à être aussi lent avec une si bonne voiture, c’est difficile de savoir ce qu’il en est."

De son côté, Steiner a de nouveau sorti son refrain favori : "ll n’est plus question de savoir à quel point notre voiture est bonne ou non, mais ce qui fait fonctionner les pneus ou non. C’est un championnat de gestion de pneus. Je ne peux pas blâmer nos pilotes pour ce qui est arrivé jusqu'à présent."

Ontdek het op Google Play