fb

Welcome to GPFans

CHOOSE YOUR COUNTRY

  • NL
  • GB
  • FR
Wolff, après la pénalité de Vettel : Je veux un règlement plus permissif

Wolff, après la pénalité de Vettel : Je veux un règlement plus permissif

Actualités


Wolff, après la pénalité de Vettel : Je veux un règlement plus permissif

Wolff, après la pénalité de Vettel : Je veux un règlement plus permissif

Le directeur de l'écurie Mercedes est favorable à une course plus dure entre les pilotes.

En réaction à la pénalité infligée à Sebastian Vettel, pourtant pilote de la Scuderia Ferrari, Toto Wolff a expliqué qu'il était favorable à un changement de règlement autorisant les pilotes à se battre de façon "plus dangereuse et spectaculaire".

Le Grand Prix du Canada a pourtant vu Lewis Hamilton triompher pour la septième fois à Montréal, même si son adversaire allemand avait bien passé la ligne en premier lieu. Vettel a toutefois écopé d'une pénalité de cinq secondes le reléguant derrière son rival, après l'avoir empêché de le dépasser suite à une sortie de piste au virage 3, lors du 48e tour.

Hamilton : 'J'aurais sans doute fait pareil' que VettelLire plus

La décision des commissaires sportifs a alors enclenché des débats toujours en cours autour de la sévérité des sanctions et de leur régularité. Directeur de l'équipe gagnante, Wolff a pourtant bien expliqué qu'il soutiendrait toute proposition de changement de réglementation.

"Je pense que nous aimons tous les grandes batailles en piste", a débuté le dirigeant autrichien. "Il y a parfois des contacts et c'est normal, c'est la course. Le règlement doit bien sûr être appliqué et [dans ce cas-ci], il l'a été."

"Il faut donc discuter du règlement, plutôt que de la pénalité. Si l'idée est lancée de le modifier [afin d'autoriser davantage les pilotes à se battre en piste], je serai le premier à le vouloir ! Je suis pour une course avec un peu plus de danger, de spectacle, d'adrénaline."

Wolff a ajouté qu'il comprenait la réaction de Vettel à l'issue de la course, lequel n'a pas hésité à exprimer toute sa colère et sa frustration : "Tout n'est jamais tout noir ou tout blanc. Si cela m'était arrivé, j'aurais eu la même attitude que lui. Les émotions sont logiques et elles sont aussi bonnes pour le sport."

Enfin, il s'est tout de même rangé du côté de la décision prise par les commissaires : "Il faut admettre que la décision est controversée. Bien sûr, je défends les intérêts de Mercedes et le règlement stipule clairement qu'en rejoignant la piste, il aurait dû laisser de la place à Lewis sur la piste, ce qu'il n'a pas fait. Son instinct [celui de Vettel] a été de protéger sa position."

"Les commissaires sportifs doivent être soutenus, et je pense que leur avis doit être respecté."

En remportant le Grand Prix du Canada, Hamilton a prolongé l'invincibilité de Mercedes cette saison, la marque à l'Étoile ayant remporté sept courses sur sept, dont cinq avec le quintuple du Champion du monde.

Ontdek het op Google Play