fb

Welcome to GPFans

CHOOSE YOUR COUNTRY

  • NL
  • GB
  • FR
Le départ raté de Bottas serait dû à un manque d'adhérence

Le départ raté de Bottas serait dû à un manque d'adhérence

Actualités


Le départ raté de Bottas serait dû à un manque d'adhérence

Le départ raté de Bottas serait dû à un manque d'adhérence

Selon l'écurie Mercedes, le départ raté de Valtteri Bottas en Espagne ne serait pas dû à un problème d'embrayage mais à... l'emplacement de la pole position !

Pour la deuxième fois en trois courses, Bottas n'est pas parvenu à capitaliser sur la première place de la grille. Auteur des trois dernières pole positions, le pilote Mercedes a été battu dès l’extinction des feux par son équipier Lewis Hamilton en Chine et, plus récemment, en Espagne.

Bottas perd la course à cause de son embrayageLire plus

Une situation qui ne ravit pas le Finlandais. Celui-ci a donné une explication sur son envol manqué en Catalogne après avoir franchi le drapeau à damiers en deuxième position. Selon le #77, il s'agirait d'un problème inédit sur sa palette d'embrayage, située sur le volant.

Mais son équipe n'est pas tout à fait d'accord. Mercedes a donné une explication différente pour expliquer ce départ.

Lors de la dernière vidéo-débriefing du Grand Prix d'Espagne de l'écurie allemande, le directeur sportif Ron Meadows a précisé que l'envol difficile de Bottas était surtout dû à "un manque d'adhérence dans le couloir du poleman."

"Si vous regardez les courses de formules de promotion, il est souvent arrivé que le deuxième sur la grille ou même le troisième et le quatrième connaissaient un meilleur départ que le poleman."

Bottas : 'J'ai perdu la course sur le départ'Lire plus

Bottas avait par ailleurs soulevé le même problème lors du Grand Prix de Chine. Parti depuis la pole, la peinture marquant la ligne de départ-arrivée aurait fait patiner les roues de la Mercedes, selon le Finlandais.

"Il y a un peu de patinage, les pneus deviennent glissants, l'embrayage également. Il y a un peu d'interaction entre tout cela", confirme Andrew Shovlin, directeur de l'ingénierie piste. "Nous allons rassembler toutes les pièces du puzzle et regarder attentivement tout ça cette semaine afin de comprendre. Pour le moment, nous pensons que le problème numéro un, c'est l'adhérence, pas la voiture."

Ontdek het op Google Play