fb

Welcome to GPFans

CHOOSE YOUR COUNTRY

  • NL
  • GB
  • FR
Red Bull dans les temps des Ferrari

Red Bull dans les temps des Ferrari

Actualités


Red Bull dans les temps des Ferrari

Red Bull dans les temps des Ferrari

Cet après-midi, les Red Bull ont signé une excellente prestation sur le circuit de Barcelone. Verstappen hisse sa Red Bull sur la deuxième ligne, pris en sandwich par les Ferrari, tandis que Gasly est très proche de Leclerc.

Pour la première fois depuis le Grand Prix d'Australie, coup d'envoi de la saison 2019 de F1, Verstappen devance à la régulière une Ferrari en Q3. Le pilote Red Bull s'est montré véloce tout le week-end en Espagne et cela se traduit par une quatrième place sur la grille de départ, derrière Vettel mais devant Leclerc.

"Je savais que mon premier run de Q3 n'était pas idéal mais le pneu est ensuite devenu du chewing-gum. Donc ça n'aurait pas fait de différence, vraiment", avoue-t-il au micro de Sky Sports F1.

Qualifs (VIDÉOS) : Bottas impérial, Mercedes écrase FerrariLire plus

Une deuxième ligne ne satisfait pas le Néerlandais. L'idéal aurait été de jouer la pole position mais les Mercedes marchent sur l'eau depuis vendredi. Avec un chrono de 1'16"357, Verstappen est relégué à près d'une seconde de la pole de Valtteri Bottas !

"En comparaison avec Mercedes, il nous manque de la performance. Nous ne sommes pas où nous le voulons. Je vais être totalement honnête, je ne suis pas heureux d'être quatrième. Je ne suis pas là pour ça !", poursuit le pilote Red Bull.

"Nous voulons battre les Mercedes, même si nous sommes heureux de nous intercaler entre les Ferrari. Nous avons une vraie chance de nous battre avec Ferrari en course. Je ne vise pas vraiment Mercedes, et surtout pas Bottas qui a l'air de voler ici. Mais je pense que nous sommes dans une bonne fenêtre."

De l'autre côté du garage autrichien, Pierre Gasly retrouve des couleurs. Le Français éprouve de moins en moins de difficultés au volant de la RB15. Pour la cinquième fois en cinq courses, Gasly est battu par son équipier en qualifications. Quatre dixièmes séparent les deux pilotes. En revanche, le champion 2016 de GP2 n'est qu'à un dixième de la Ferrari de Leclerc... De bonne augure pour la course ?

"C'était un bon tour", analyse le Français. Le travail réalisé avec l'équipe finit par payer. Nous pouvons être satisfaits de notre prestation parce que nous sommes proches des Ferrari. J'espère que nous pourrons nous battre avec elles pendant la course."

Ontdek het op Google Play