fb

Welcome to GPFans

CHOOSE YOUR COUNTRY

  • NL
  • GB
  • FR
Les médias italiens incendient Ferrari et Vettel après Bakou

Les médias italiens incendient Ferrari et Vettel après Bakou

Actualités


Les médias italiens incendient Ferrari et Vettel après Bakou

Les médias italiens incendient Ferrari et Vettel après Bakou

Ambiance, ambiance...

Les médias italiens en ont remis une couche au sujet des performances de la Scuderia après le dernier Grand Prix d'Azerbaïdjan.

Impuissantes face aux Mercedes, les Ferrari n'ont pu faire mieux que troisième et cinquième - et ce pour la troisième fois d'affilée - tandis que les Flèches d'argent enfilaient un quatrième doublé consécutif en autant de courses.

Ferrari : Nous ne sommes pas 'à la hauteur des attentes'Lire plus

La Scuderia avait bien espéré tirer un avantage de sa puissance moteur dans les longues lignes droites du tracé urbain de Bakou, mais les hommes en rouge ont une nouvelle fois dû déchanter en qualifications puis en course, après avoir de nouveau dominé les essais libres.

Malgré le nouveau podium de Sebastian Vettel, il n'en fallait pas plus aux journalistes transalpins pour se lâcher. On commence par la Gazzetta dello Sport, qui a écrit : "Sebastian Vettel était moins explosif et son podium ne constitue qu'une maigre consolation."

C'est pire du côté de la Repubblica, qui n'épargne pas le pilote allemand et qui ne fait pas dans la demi mesure au moment d'évoquer la situation au championnat : "Vettel est devenu champion de la régularité, dans le meilleur comme dans le pire... Aucun risque n'a été pris, il a engrangé les points, se disant certainement qu'il valait mieux additionner les unités plutôt qu'abandonner comme ce fut trop souvent le cas la saison dernière. La F1 va maintenant arriver en Europe, en commençant par l'Espagne. Mais la question est désormais de savoir si le combat pour le titre mondial n'est pas déjà terminé..."

Enfin, le Corriere della Sera établit la comparaison entre Mercedes et Ferrari : "L'écrasante domination des Flèches d'argent ne fait qu'accentuer les regrets au sujet d'une voiture [la SF90] qui semblait pourtant prometteuse. Ferrari n'est pas loin, Leclerc est là, mais l'équipe a besoin de plus que les quelques tours rapides réalisés par Sebastian. Mercedes réalise un nouveau record, et semble vivre dans une ambiance de fête continue qui en devient assourdissante et insupportable pour tous ceux qui pensent, parlent et vivent Ferrari, à l'instar de ses pilotes."

Ontdek het op Google Play