fb

Welcome to GPFans

CHOOSE YOUR COUNTRY

  • NL
  • GB
  • FR
Mercedes a laissé ses pilotes se battre jusqu'au bout

Mercedes a laissé ses pilotes se battre jusqu'au bout

Actualités


Mercedes a laissé ses pilotes se battre jusqu'au bout

Mercedes a laissé ses pilotes se battre jusqu'au bout

Tout en s'assurant que le doublé n'était pas en péril, Toto Wolff a tenu à laisser ses pilotes libres jusqu'au terme du Grand Prix d'Azerbaïdjan.

Ce dimanche en fin de course, Lewis Hamilton n'est pas passé loin de s'offrir l'occasion de prendre la tête d'un Grand Prix dominé jusqu'alors par son équipier, Valtteri Bottas.

Hamilton estime avoir perdu la course dès les qualificationsLire plus

Revenu dans la zone DRS de la voiture #77, le quintuple Champion du monde a cravaché malgré quelques secondes perdues en raison de l'intervention de la voiture de sécurité virtuelle. Cela n'a pas suffi et c'est le Finlandais qui a pris sa revanche de 2018 à Bakou, mais les deux pilotes auront été libres de se battre jusqu'au bout.

Le directeur de l'écurie Mercedes, Toto Wolff, explique ainsi qu'il a renoncé à donner des consignes à ses pilotes grâce à la confiance établie entre toutes les parties, tout en s'assurant que le quatrième doublé consécutif des Flèches d'Argent n'était pas en danger.

"On les a laissés courir", explique Wolff. "Ils sont expérimentés, ils savent que la course doit rester propre, comme ils l'ont très bien fait lors du départ. Pourtant, c’est un circuit sur lequel vous ne pouvez pas prendre de risques insensés, car vous risqueriez de perdre les deux voitures."

Dans les derniers tours, la réalisation a pourtant montré le dirigeant autrichien en train d'activer les boutons de commande radio. Mais il explique qu'il ne s'adressait alors pas aux pilotes mais à ses hommes se trouvant sur le muret des stands, ce qui explique pourquoi nous n'avons rien entendu.

"Lorsque nous discutons avec les pilotes, tout le monde peut entendre [ces conversations]. Mais nous disposons bien sûr d'un interphone en ligne interne. Je ne parlais pas aux pilotes, je ne me le serais pas permis car je sais que je réagis à l'émotion et il m'arrive alors de le regretter."

"Il s'agissait d'une discussion avec les gars du muret. Je voulais savoir si Vettel pouvait se rapprocher, comment cela se passait pour nous côté moteur et aussi qui de Leclerc ou Verstappen allait réaliser le meilleur tour. Nous discutions de tout cela."

Bottas n'avait 'pas le droit à l'erreur'Lire plus

"Nous nous sommes bien dit qu'il existait un risque à la fin, mais nous avons décidé de ne pas leur parler."

S'il est évidemment plus facile de laisser les pilotes se battre lorsque l'on réalise quatre doublés en autant de course, Mercedes se différencie aussi de Ferrari en ayant toujours écarté la possibilité d'adresser des consignes d'équipe si tôt dans la saison.

Ontdek het op Google Play