fb

Welcome to GPFans

CHOOSE YOUR COUNTRY

  • NL
  • GB
  • FR
Wolff : Avec des consignes pareilles, Ferrari 'ouvre la boîte de Pandore'

Wolff : Avec des consignes pareilles, Ferrari 'ouvre la boîte de Pandore'

Actualités


Wolff : Avec des consignes pareilles, Ferrari 'ouvre la boîte de Pandore'

Wolff : Avec des consignes pareilles, Ferrari 'ouvre la boîte de Pandore'

Le directeur de l'équipe Mercedes estime dangereuse la façon dont Ferrari a eu recours aux consignes lors du Grand Prix de Chine.

Cet hiver, Toto Wolff s'était déjà étonné du discours tenu par Mattia Binotto, son homologue chez Ferrari. Le directeur de la Scuderia avait expliqué qu'il n'hésiterait pas à privilégier Sebastian Vettel dès le début de la saison, assurant que l'Allemand constituait le 'guide' de l'écurie au cheval cabré. Il avait d'ailleurs réaffirmé ces propos vendredi dernier, en Chine.

Binotto : 'Charles a le droit d'être déçu'Lire plus

Par conséquent, personne n'aura réellement été surpris de voir les rouges recourir aux consignes ce dimanche à Shanghai, même si le timing - dès le dixième tour - semblait sévère pour Charles Leclerc, d'ailleurs peu convaincu par le rythme soi disant plus soutenu de son chef de file... à raison, au vu du résultat final.

Ferrari a ainsi appliqué des ordres d'équipe trois fois en trois courses, même si la consigne de Bahreïn avait été ignorée par le pilote monégasque. Chez l'adversaire direct, qui a dans le même temps enchaîné trois doublés en autant de Grands Prix, on semble penser que la Scuderia s'est lancée dans un jeu dangereux à cause de la manière dont les consignes ont été employées.

"[Ferrari] se met dans une situation délicate, c'est certain", estime Toto Wolff. "Car si vous estimez avoir une voiture plus rapide [que l'autre], vous voulez la voir rattraper vos adversaires." Or, Vettel n'a jamais été en mesure de combler l'écart avec les Mercedes. Pire, il contenait à peine Leclerc et les deux SF90 ont vu revenir sur elles la Red Bull de Verstappen.

VIDÉO : Leclerc refuse de commenter la consigne FerrariLire plus

"Sebastian a dit qu'il avait la voiture la plus rapide à cet instant, et ils ont alors inversé l'ordre. Je peux comprendre cela, d'une façon ou d'une autre. Néanmoins, lorsque que vous commencez à faire ce genre de choses, cela devient très compliqué, car vous créez alors un précédent et vous ouvrez la boîte de Pandore... Vous pourriez ainsi avoir à le faire à chaque fois que le pilote de la voiture de derrière dira : 'Je peux aller plus vite'."

Wolff est cependant bien placé pour savoir que ce genre de situation n'est guère évidente à gérer, lui qui avait eu fort à faire dans la gestion du duel Hamilton-Rosberg avant de se trouver dans l'obligation d'adresser des consignes à Valtteri Bottas, en fin de saison dernière.

Avantagé par Ferrari, Vettel monte sur son premier podiumLire plus

"Ce n'est pas une situation facile. Nous avons connu cela avec Nico et Lewis, puis à nouveau avec Valtteri et Lewis. Nous avons souvent été dans une situation où ils [nos pilotes] se poussaient très fort, prenant le risque de ne pas finir la course."

"Il ne s'agit donc pas d'un problème propre à Ferrari. Toutes les équipes peuvent rencontrer ce souci si elles possèdent deux pilotes très compétitifs."

Ontdek het op Google Play