fb

Welcome to GPFans

CHOOSE YOUR COUNTRY

  • NL
  • GB
  • FR
Retour sur le 800e GP : Le sombre épisode du Crashgate

Retour sur le 800e GP : Le sombre épisode du Crashgate

Actualités


Retour sur le 800e GP : Le sombre épisode du Crashgate

Retour sur le 800e GP : Le sombre épisode du Crashgate

Retour sur la 800e course de l'histoire du championnat, lors de laquelle l'écurie Renault se fit remarquer de bien mauvaise manière... après coup !

À l'occasion du 1000e Grand Prix de Formule 1 qui se tiendra dans quelques jours en Chine, nous vous proposons de replonger dans l'album souvenir des anniversaires les plus marquants de l'histoire de la discipline.

Le 800e Grand Prix de l'histoire devait être une fête, et ce le fut : pour son anniversaire, la Formule 1 s'offrait le luxe d'une toute première course nocturne grâce au fantastique travail réalisé sur le nouveau tracé de Singapour.

Retour sur le 750e GP : Renault devient champion !Lire plus

Tandis que Vettel et Toro Rosso viennent de triompher à Monza, la bataille pour le titre est intense entre la McLaren de Lewis Hamilton (78 points) et la Ferrari de Felipe Massa (77 points). Du côté d'Alonso et de Renault, on n'a plus voix au chapitre depuis l'année précédente, lors de laquelle le pilote espagnol fit un passage éclair - et orageux - chez McLaren.

Mais malgré tout, Alonso s'approche du podium depuis plusieurs Grands Prix, tandis que son équipier, le jeune Nelsinho Piquet, subit la loi du double Champion du monde. Auteur de très bons essais libres, Alonso rencontre un problème mécanique lors des qualifications et se retrouve 15e sur une grille de départ dominée par les deux candidats au titre.

Sans que personne ne comprenne la stratégie, la Renault d'Alonso repasse par les stands dès le 12e tour. Elle ressort logiquement en dernière position, et c'est alors que l'autre bolide du Losange, celui de Piquet, percute violemment le mur et provoque la sortie de la voiture de sécurité. Mais, cette année-là, la voie des stands reste fermée tant que le peloton n'est pas regroupé.

C'est ainsi que, au fur et à mesure des arrêts aux stands qui suivent - et qui seront fatals pour la Ferrari de Massa, qui arrache le tuyau de ravitaillement d'essence - Alonso gagne tranquillement des positions... jusqu'à prendre la tête de la course !

VIDÉO : Retour sur le 700e GP, la dernière victoire de JordanLire plus

Il s'impose finalement devant la Williams de Nico Rosberg et la McLaren de Hamilton, mais ce qui aurait pu être un coup stratégique parfait ne le restera pas. L'été suivant, Piquet est remercié par Renault et règle ses comptes en révélant à la FIA que Flavio Briatore et Pay Symonds, à la tête de l'écurie franco-britannique, lui ont demandé de provoquer l'intervention de la voiture de sécurité afin de favoriser les chances de victoire d'Alonso.

Le Crashgate est lancé, l'affaire fait grand bruit. Alonso nie son implication - malgré les énormes doutes de Piquet - et sera innocenté, tandis que Renault attaque le pilote brésilien en justice pour diffamation. Finalement, la révélation du contenu des communications radio poussera le constructeur français à admettre sa responsabilité vingt jours plus tard. Briatore sera suspendu à vie, Symonds pour plusieurs années, Renault se voyant infliger une suspension de deux ans avec sursis.

Ontdek het op Google Play