Carey ne veut pas d’artifices au service du spectacle

Actualités


Olivier Guillaume

Carey ne veut pas d’artifices au service du spectacle

Le patron de la Formule 1 s’oppose à ce que la discipline mette en place de nouveaux moyens artificiels afin d’améliorer le spectacle, comme des courses plus courtes.

La question semble éternelle : comment s’y prendre pour améliorer le spectacle en Formule 1 ? Actuellement, Liberty Media et la FIA semblent envisager des solutions démarrant en dehors de la piste, comme la réduction de l’écart entre les écuries grâce à de nouveaux budgets plafonds, ou la mise en place d’un nouveau règlement technique à l’horizon 2021.

L’aspect sportif n’est cependant pas écarté : le barème de points est par exemple remis en question, à l’heure où un point pourrait d’ailleurs être dorénavant attribué pour le meilleur tour en course.

En revanche, la FOM se montre pour l’instant plus prudente à l’idée de bouleverser les fondamentaux de la discipline, comme le format des week-ends. La question se trouve bien sur la table et plusieurs pistes pourraient être discutées, comme réduire le week-end à deux jours, organiser moins d’essais libres ou encore mettre en place deux courses au lieu d’une, dans un format plus court.

Mais le patron de la catégorie reine prévient : il n’est pas question d’envisager des solutions trop artificielles afin de rendre la F1 plus spectaculaire et plus attractive. "Peut-être que je suis trop américain", lance Chase Carey, "mais, en réalité, je ne pense pas que les courses soient trop longues. Chaque match ou sport que je suis en Amérique, est plus long que nos courses."

"Nous voulons nous assurer de toujours rechercher des moyens pour améliorer l’expérience des fans, mais nous voulons dans le même temps respecter l’histoire du sport, respecter ce qui le rend formidable. Nous n’allons pas améliorer le sport par une série de gadgets."

Par ce discours, Carey se positionne à l’opposé de son prédécesseur, Bernie Ecclestone, qui, en son temps, avait notamment émis l’idée d’arroser les pistes afin que toutes les courses se déroulent sur piste humide.

Au contraire, l’Américain tient à respecter l’histoire, les traditions et les fans de la Formule 1.

"C’est un sport merveilleux", poursuit-il, "un sport avec une histoire et des fans formidables. Il faut respecter cela, tout en étant ouvert à des moyens pour continuer à créer de l’engouement autour de ce sport. Et il faut le faire avec attention, quand vous avez un sport qui a autant de fans et une histoire aussi formidable que la nôtre."

"Mais je ne pense pas que le but soit spécifiquement de raccourcir des courses, ou faire des choses comme cela. Il y a d’autres moyens, je pense, pour augmenter l’énergie et l’excitation autour de ce sport."

Ontdek het op Google Play